Congo-Kinshasa: Le cardinal Ambongo interpelle la classe politique - «Le peuple est fatigué de vos querelles inutiles»

17 Novembre 2019

L'archevêque métropolitain de Kinshasa, Mgr Fridolin cardinal Ambongo a interpellé, dimanche 17 novembre, la classe politique congolaise qui distrait le peuple congolais avec ses querelles «inutiles autour de futilités».

«Chers frères et sœurs, lors de la soirée qui nous a réunis à Rome, tout le monde était frappé de la communion qui régnait entre les fils et filles du Congo autour du cardinalat. Dans le mot que j'ai prononcé ce soir-là, j'avais dit que nous avons à revenir sur cette notion de communion et de cohésion nationale lorsque nous serons de retour dans notre pays. Ce bel exemple de communion qui s'est manifesté autour de la célébration du cardinalat à Rome, grâce à Dieu, continue à se manifester encore aujourd'hui. Il n'est pas normal dans ce contexte de communion, de sursaut de nationalisme, qu'il y ait encore certains de nos frères, de nos sœurs qui passent leur temps à se quereller autour de futilités.

En réalité, le peuple est fatigué de querelles politiciennes complètement inutiles. Le temps de querelles est révolu. Il y a de nouveaux responsables qui sont en charge. Et quand vous êtes en charge, ne passez pas votre temps à vous quereller inutilement autour de futilités », a déclaré Mgr Fridolin cardinal Ambongo, au cours d'une messe d'actions de grâce dite hier dimanche au stade des Martyrs de la Pentecôte. C'était en présence du chef de l'État, Félix-Antoine Tshisekedi et de plusieurs autorités politico-administratives, militaires et chefs religieux.

Appel à la responsabilité

Il en appelle au sens de responsabilité des uns et des autres : «Le sens de responsabilité veut que nous mettions de côté nos petits intérêts partisans et égoïstes pour nous concentrer et nous engager à l'essentiel, qui est l'avenir de notre peuple. Nous devons chercher comment créer ensemble des conditions d'un nouvel avenir rassurant pour notre peuple qui n'a que trop souffert. Au-delà de nos divergences légitimes, nous réussirons ce pari, si nous nous mettons autour de valeurs fondamentales qui fondent une vraie nation : la justice et la paix, la fraternité sans frontière et la communion, l'ensemble et la concorde, l'honnêteté et la vérité, et surtout l'attention aux pauvres et aux plus petits. J'en suis persuadé, chers frères et sœurs, que l'unité de tous autour d'un même objectif, à savoir l'amélioration des conditions de vie de tous les peuples congolais est l'unique gage de notre bonheur ».

Hier dimanche 17 novembre, journée consacrée aux pauvres, Mgr Fridolin cardinal Ambongo Besungu a rendu grâce au Seigneur pour l'honneur fait à sa personne mais, au-delà de sa personne, à toute la nation congolaise.

Pour avoir été élevé à la dignité cardinalice, il a, comme en pareille circonstance, bénéficié d'un cadeau d'une jeep pimpant neuve lui offert par le chef de l'État.

Il a saisi cette occasion pour déplorer la non-réalisation de la promesse d'un véhicule lui faite par le gouvernement, le 25 novembre 2018, lors de son installation par le cardinal Laurent Monsengwo comme archevêque métropolitain de Kinshasa. Mgr Fridolin cardinal Ambongo a également exprimé une deuxième plainte : «Cette même année, au stade Tata Raphaël, le jour où le noce apostolique m'avait fait porter le pallium, on avait déclaré qu'on m'avait fait un cadeau d'un nouveau véhicule dont je n'ai jamais bénéficié. (... ). Mais aujourd'hui, vous et moi avons tous vu la jeep m'offerte par le chef de l'État. C'est ce que nous attendons de dirigeants de notre pays : réaliser les promesses faites. Je remercie le chef de l'État qui vient de réaliser sa promesse. (... ) »

Soutien de Félix Tshisekedi

Présent à cette rencontre, le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a salué la création de Mgr Fridolin Ambongo Besungu comme cardinal par le Saint Père : «Notre pays vient encore de bénéficier d'une grâce. C'est pourquoi, en ma qualité de président de la République, chef de l'État, et conséquemment à l'acte que j'avais déjà posé en dédiant à Dieu notre nation, je viens ici remercier le Seigneur pour nous avoir renforcé dans notre démarche par cette bénédiction. J'implore le Très-Haut de nous conduire dans la sagesse pour que nous soyons humblement les instruments par lesquels il libèrera le peuple congolais des ténèbres et qu'il nous donne l'intelligence de comprendre l'interpellation qu'il y a dans toute élévation comme celle que nous commémorons aujourd'hui».

Le chef de l'État se dit engagé, en sa qualité de garant de la nation, «à vous apporter, mon cher Fridolin cardinal Ambongo Besungu, tout mon soutien pour la réussite de votre propre ministère. En tant que bon berger, je ne doute point que vous veillerez à ce qu'aucune de vos brebis ne s'égare du bon chemin qui conduit vers l'espérance ».

Au peuple congolais, ici représenté par les fidèles catholiques et ceux d'autres églises, Félix Tshisekedi demande «de prier pour notre cardinal et pour tous les dirigeants pour que nous restions humbles et que dans l'amour, la concorde et dans l'union des prières, nous puissions accomplir la tâche exaltante que Dieu nous a confiée. Tout en tournant mon regard vers le Créateur, je lui demande sa miséricorde infinie de bénir notre nouveau cardinal et l'ensemble du peuple congolais. Quelle fierté pour le Congo ! Que la gloire soit rendue à notre Dieu et que cette attention du Saint Père exprimée par cette élévation cardinalice apporte paix, joie et bonheur aux Congolaises et aux Congolais !

Il exhorte chaque Congolaise et Congolais, politique ou pas, à se rappeler à chaque instant que notre démocratie est encore fragile et que c'est uni dans l'amour de la nation avec foi en Dieu que nous bâtirons un Congo qui apportera non seulement la joie à tout notre peuple, mais aussi une réponse appropriée à ses attentes afin d'améliorer ses conditions de vie, telle est ma profession de foi. J'exhorte également les uns et les autres à dépasser les clivages de tous ordres, le sentiment partisan, et de mettre fin à toute forme de diabolisation pour réussir ensemble cette sublime mission que Dieu nous a confiée. L'amour, la tolérance, la solidarité ainsi que la cohésion nationale doivent être les maîtres mots, car il n'y a pas d'un côté les anges et de l'autre les démons. Nous sommes tous pécheurs, le temps de la repentance est bel et bien arrivé pour œuvrer en faveur du développement du grand Congo, cette merveille que Dieu nous a donnée».

Dieu accompagne le peuple congolais

De son côté, Mgr le Nonce apostolique a fait savoir que la création de l'archevêque de Kinshasa comme cardinal de l'Église catholique «est un signal fort que Dieu accompagne le peuple congolais. Oui, Dieu vous aime, et à travers le cardinal Ambongo, il veut vous guider sur les rues poussiéreuses et difficiles de votre histoire. Dieu n'a pas oublié la RDC, il aime le Congo. (... ) D'où, votre responsabilité d'être rassembleur du peuple congolais, comme l'indique votre engagement, Omnia omnibus».

Félicitations et vœu de la Cenco

Les évêques catholiques ont, par la bouche du secrétaire général de la Cenco, l'abbé Donatien Shole, félicité Mgr Fridolin cardinal Ambongo pour sa nomination. Ils ont émis «le vœu le plus sincère, le plus profond, pour cette étape particulière de votre vie et de votre ministère épiscopale. Soyez rassuré de nos prières et de notre proximité affective et effective, et que par l'intercession de la Sainte Vierge Marie, Notre-Dame du Congo, le Seigneur vous accompagne (... )»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.