Sénégal: Batou blondin Ndiaye Diop - «Aar Li Nu Bokk reprend bientot du service»

18 Novembre 2019

« Aar Li nu Bokk est loin d'être mort, nous ressortirons pour continuer le combat ». Telle est la conviction de Fatou Blondin Ndiaye Diop, ancienne ministre et membre de la plateforme en question, engagée dans un combat se voulant dynamique pour la transparence des ressources naturelles du Sénégal.

Invitée de l'émission Grand Jury de la Rfm hier, dimanche, elle s'est aussi prononcée sur le report des Locales et l'affaire Boughazelli, des questions brûlantes de l'actualité politico-judiciaire.

« Au sein de Aar Li nu Bokk, nous avons constaté que la mobilisation faiblissait. Nous allons vers une assemblée générale pour redéfinir les contours de notre lutte, les moyens et nous ressortirons dans les rues de Dakar pour reprendre le mouvement qui est un peu en berne, mais qui est loin d'être mort, a effectivement dit l'ancienne ministre sous Wade, à la Rfm hier, dimanche.

Elle a rappelé en outre qu'il ne se passe pas un jour sans voir qu'un des volets que « Aar Li nu Book » défend n'est relayé dans les journaux. Le combat de la plateforme reste donc entier, d'après elle, bien que la plateforme soit confrontée à un problème de massification.

Se prononçant par ailleurs sur le report des élections locales, l'ancienne ministre Fatou Blondin Ndiaye Diop a fait savoir sans fioritures que si le président Macky Sall avait maintenu le scrutin au 1er décembre 2019, il aurait entamé le début de sa perdition.

« Les élections locales, c'est vraiment la bête noire de tous les gouvernements. Ça a été reporté pour des raisons fallacieuses, mais j'ai une opinion la dessus.

Je suis sûre que cette année, si Macky Sall avait maintenu le scrutin, il aurait mis un pas vers le début de la fin de son mandat », a affirmé Mme Diop.

Et d'insister sur sa conviction que c'est cette peur des résultats des Locales qui a motivé le report des élections. « C'est comme ça que je l'analyse.

Car il n'y a pas de raisons qu'on n'ait pas anticipé en faisant le parrainage, et le fichier électoral avec toutes les recommandations émises par l'Union européenne, après la présidentielle. Comment sommes-nous arrivés là, avec l'impression de recommencer à zéro », s'est-elle interrogée.

Évoquant également l'affaire Seydina Fall dit Bougazelli, député de la mouvance présidentielle auditionné, dans une affaire de trafic de faux billets, Fatou Blondin Ndiaye Diop a exprimé son inquiétude, de voir un représentant du peuple mouillé dans cette affaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.