Cameroun: Elections législatives et municipales - Le RDPC, parti au pouvoir entre en zone de turbulence.

18 Novembre 2019

Les élections législatives et municipales de Février 2020 s'annoncent plein de rebondissements. Au sein de Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), parti au pouvoir à Yaoundé, des batailles sont rudes.

Autour des investitures des candidats. La base militante crit son ras le bol cependant que le président national Paul Biya vient de donner une circulaire qui met hors-jeu tous les militants soupçonnés de prévarication de la fortune publique.

Paul Biya, président du RDPC reste-t-il maitre du jeu politique à l'approches des législatives et municipales ? Le journal La Voix du centre écrit que « Paul Biya veut nommer les maires et les députés ». Pour le journal, en procédant aux investitures au sein du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais, le président national du Rdpc ne cache pas ses intentions de vouloir régenter son parti. Le Comité central du RDPC dicte sa loi aux militants de base de- puis les élections municipales et législatives de 2013. Malgré les cris de la base qui exige l'organisation des élections primaires pour désigner ses candidats, le parti de Paul Biya n'entend pas lâcher du lest. Samedi dernier le secrétaire général de son parti Jean Kuete a signé une circulaire qui annonce une opération des investitures des candidats de son parti aux élections législatives et municipales du 09 février.

Et pourtant, les cris de la base militante se font entendre, au loin. Le journal Integration en fait l'écho : « Le RDPC joue sur un champ de ruines ». Dans le sillon de son bon résultat à la présidentielle d'octobre 2018, le parti se place dans une stratégie de l'innovation au milieu des rancœurs en interne. En vrai, Paul Biya a signé 2 circulaires. L'une traite spécifiquement des conditions d'investiture des candidats aux élections municipales et l'autre précise les modalités de sélection des militants désireux de se présenter aux

législatives.

Et puis, est arrivée cette circulaire du président national du parti. Elle met en mal les militants-meubles du parti en poste depuis des décennies. Il appelle au renouvèlement de la classe politique au sein du parti. Le quotidien Mutations a trouvé les mots justes « la chasse aux fossiles ». Dans sa circulaire en vue des législatives et municipales 2020, le président national du parti, Paul Biya, demande d'investir de nouvelles figures et ouvre la voie de la retraite pour nombreux parlementaires.

Il s'agit là d'un « danger ! » Pour le journal Pile ou Face, Contre la discipline du parti qu'ils brandissent, le choix à problème des camarades par des patrons politiques au détriment de la volonté des populations est une épine sous le pied du parti au pouvoir dont le flambeau est de moins en moins ardent. Où sont passées les primaires au sein du Rdpc ?

Mieux, c'est une « traque des ripoux au Rdpc » qui est engagée. Au regard des balises instituées par la circulaire du président national, les fossoyeurs du parti au pouvoir et autres élus faisant l'objet de poursuites Judicaires, sont sacrés clients à la merci des fourches caudines des investitures.

Ailleurs, dans d'autres formations politiques le quotidien Le Jour évoque « la chasse aux candidatures ». Ou comment les différentes formations politiques s'organisent pour aller à la conquête des suffrages.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.