Sénégal: Affirmations et démenti autour de la santé de Hissène Habré

Photo: HRW
L’ex-dictateur tchadien Hissène Habré est escorté par des officiers militaires après son inculpation par le parquet des Chambres africaines extraordinaires à Dakar, le 2.07.13.

Selon l'épouse de l'ancien président tchadien, l'état de santé d'Hissène Habré est en constante dégradation. Fatime Raymonne Habré accuse d'ailleurs les autorités de la prison où il est incarcéré d'obstruction aux soins.

Condamné à la prison à vie pour crimes contre l'humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvement, l'ancien président Tchadien est emprisonné à Dakar depuis trois ans.

Selon Fatime Raymonne Habré, son mari a été victime d'un accident dans sa cellule la semaine dernière. Il se serait fracturé le bras en glissant dans sa douche pendant la nuit. Elle accuse l'administration pénitentiaire de ne pas avoir porté assistance à son mari, malgré ses appels, avant d'ajouter que c'est elle, alertée grâce au téléphone de secours mis à la disposition de son époux depuis sa crise cardiaque, qui a prévenu les autorités de la prison.

Fatime Raymonne Habré affirme également que c'est elle qui, accompagnée de gardes, l'a transporté dans une clinique pour se faire soigner.

Fatime Raymonne Habré accuse l'administration pénitentiaire de maltraitance et de mise en danger aggravé d'une personne déjà malade.

Quatre jours avant cet incident, la femme de l'ex-chef de l'Etat avait déjà alerté sur son état de santé. L'administration pénitentiaire avait alors assuré qu'il n'était pas alité et se portait bien et souligné que l'administration prenait toutes les dispositions pour veiller à la bonne santé des prisonniers.

Le débat sur la santé de l'ancien président tchadien intervient alors qu'une association le soutenant appelle à une grâce médicale pour que celui-ci puisse revenir chez lui pour y être soigné.

A noter que l'administration pénitentiaire ne s'est pas exprimée depuis les accusations de Mme Habré.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.