Cote d'Ivoire: Utilisation des toilettes - Plus de 5 000 000 d'Ivoiriens se soulagent encore à l'air libre

18 Novembre 2019

La ministre de l'Assainissement et de la Salubrité, Anne Désirée Ouloto, a lu ce lundi 18 novembre, la déclaration du gouvernement relative à la 19e Journée mondiale des toilettes.

L'enquête à indicateurs multiples réalisée par le ministère du Plan et du Développement en 2016 indique que le taux de défécation à l'air libre en Côte d'Ivoire est de 22 pour 100. 39 pour 100 des populations en milieu rural satisfont leurs besoins dans la nature contre 3 pour 100 en milieu urbain. Plus de 5 000 000 de personnes vivant sur le territoire national n'ont donc pas accès à des toilettes.

Pour la ministre de l'Assainissement et de la Salubrité, Anne Désirée Ouloto, qui est revenue sur ces données ce lundi, dans la déclaration qu'elle a lue à l'occasion de la 19e Journée mondiale des toilettes, il est temps d'agir afin d'offrir à tout le monde un accès sûr à des toilettes. Et ce, conformément au thème de cette édition qui est : « Ne laisser personne de côté ».

« La cible 2 de l'objectif de développement durable (Odd) n°6 recommande notamment d'éliminer la défécation à l'air libre et de garantir à tous l'accès à des services d'assainissement durables à l'horizon 2030, en accordant une attention particulière aux besoins des femmes, des filles et des personnes en situation vulnérable », a rappelé la ministre.

C'est dans cette vision que le Programme social du gouvernement (Ps-Gouv) a retenu comme action prioritaire, la construction de latrines dans les écoles et villages.

« Pour la première phase 2019, ce sont 1494 latrines améliorées avec un dispositif de lavage des mains et des installations adaptées à l'hygiène menstruelle qui ont été réalisées dans 249 écoles primaires publiques de huit régions », a fait savoir Anne Ouloto.

La seconde phase de ce programme, qui sera lancée dès 2020, s'étendra à l'ensemble du territoire national en prenant surtout en compte les besoins des personnes vulnérables.

Pour ce qui est des zones les plus affectées par la défécation dans la nature, la ministre de l'Assainissement et de la Salubrité a révélé que la palme revient à la région du Poro avec 50 pour 100.

Elle est suivie par le Haut-Sassandra (36 pour 100), le Gontougo et le Kabadougou (35 pour 100), le Tonkpi et le Cavally (25 pour 100) et l'Agnéby-Tiassa (19 pour 100).

« Je saisis l'opportunité de cette journée pour lancer un appel pressant à tous nos partenaires techniques et financiers, au secteur privé et à la société civile, afin d'accroître le financement dédié à l'assainissement en milieu rural », a, par ailleurs, plaidé Anne Ouloto.

Avant d'inviter avec insistance les populations ivoiriennes à faire de l'utilisation des toilettes une pratique courante. C'est à ce prix, a-t-elle conclu, « que nous contribuerons, chacun à son niveau, à l'amélioration de la qualité de notre cadre de vie et de travail ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.