Libye: Les combats persistent entre les belligérents

Le Représentant spécial des Nations Unies pour la Libye, Ghassan Salamé, informe le Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation en Libye - (4 septembre 2019)

Le pays est loin de renouer avec la paix puisque selon un porte-parole du ministère libyen de la Santé, Amin al-Hachemi, au moins sept civils ont été tués, le 18 novembre, dont cinq travailleurs étrangers, et trente autres blessés dans un raid aérien contre une usine en banlieue sud de Tripoli.

Les personnes ayant trouvé la mort durant l'attaque sont notamment deux Libyens et cinq travailleurs étrangers, du Bangladesh, d'Egypte et du Niger. Elles ont péri dans une usine fabriquant des biscuits, frappée par le raid attribué aux forces pro-Haftar, dans la région de Wadi Rabi, a précisé Amin-al-Hachemi.

Depuis l'offensive du maréchal Khalifa Haftar, en début avril dernier, pour s'emparer de la capitale libyenne, siège du gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU, la banlieue sud de la capitale est le théâtre de violents combats.

Du reste, la Libye tout entière est déchirée par des conflits fratricides, depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en 2011. Et certaines puissances étrangères sont accusées de mener une guerre par procuration depuis l'offensive lancée par l'homme fort de la Cyrénaïque. Si les Emirats, l'Egypte et l'Arabie saoudite sont accusés de soutenir le maréchal Khalifa Haftar, le Qatar et la Turquie, quant à eux, appuient le GNA, selon des experts.

Trois pays accusés de violer l'embargo sur les armes en Libye

Par ailleurs, selon un récent rapport confidentiel d'experts de l'ONU, la Jordanie, la Turquie et les Emirats arabes unis sont accusés de violer l'embargo sur les armes en Libye, laissant perdurer le conflit dans le pays. Les auteurs de l'étude déplorent l'intensification « d'un conflit par procuration » .

Dans une synthèse accompagnant leur étude, les experts ont été plus précis sur les actions menées par les trois pays pour fournir des armes aux protagonistes libyens. « Les Emirats arabes unis, la Jordanie et la Turquie ont fourni des armes de manière régulière et parfois flagrante sans vraiment d'efforts pour en dissimuler la provenance », soulignent les experts dans le document.

Le rapport signale que la Jordanie a formé des troupes du maréchal Khalifa Haftar, qui a déclenché en avril une offensive militaire pour s'emparer de Tripoli. Il assure que les Emirats arabes unis, autre soutien du maréchal, ont utilisé des avions-bombardiers au profit des troupes de l'homme fort de l'est libyen.

Les diplomates avancent aussi que ce pays pourrait être impliqué dans le bombardement d'un centre de détention de migrants dans la banlieue de Tripoli, le 2 juillet dernier, qui avait fait une cinquantaine de morts. Sur ce point, le rapport fait mention de l'implication « probable » d'un avion étranger, sans apporter de réponse définitive. Il a évoqué de manière générale le recours à des F-16 de fabrication américaine et Mirage 2000-9 de fabrication française - deux types d'appareils en dotation dans l'armée de l'Air des Emirats - qui avaient été utilisés dans le bombardement.

S'agissant de la Turquie, qui a apporté ouvertement son soutien au gouvernement du Premier ministre, Fayez al-Sarraj, l'étude indique qu'elle a fourni du matériel à ses troupes, allant des véhicules blindés aux drones.

Outre la Jordanie, la Turquie et les Emirats arabes unis, les experts ont aussi « identifié la présence de groupes armés tchadiens et soudanais en soutien aux forces affiliées au GNA (gouvernement de Sarraj) et à l'ANL (armée de Haftar) ». « Bien que les capacités militaires des deux parties aient apparemment été renforcées, l'impact des groupes armés étrangers sur le règlement du conflit est resté en réalité limité », précisent les diplomates, qui soulignent attendre des réponses de plusieurs Etats membres de l'ONU à leurs questions.

« Les parties des deux côtés ont reçu des armes et de l'équipement militaire, du soutien technique et des avions de combat non-libyens en violation de l'embargo sur les armes », assure le rapport, qui souligne : « Le groupe d'experts a identifié de multiples actes qui menacent la sécurité, la paix et la stabilité en Libye ».

Le document s'interroge sur plusieurs interférences étrangères et évoque, outre les pays déjà cités, l'Egypte, la France, l'Arabie saoudite et le Qatar. « Les opérations militaires ont été dominées par le recours à des munitions guidées de précision tirées par des drones, ce qui a permis dans une certaine mesure de limiter les dommages collatéraux attendus dans un conflit de ce type », notent les experts, ajoutant que depuis le déclenchement de l'offensive du maréchal Khalifa Haftar, une « nouvelle phase d'instabilité, combinée avec des intérêts de plusieurs Etats et d'acteurs non étatiques, a amplifié le conflit par procuration qui s'est développé depuis 2011 ».

Notons que selon l'ONU, les combats entre les troupes fidèles au GNA et celles du maréchal Khalifa, ont déjà fait plus de mille morts et cent vingt mille déplacés depuis avril.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.