Burkina Faso: Piratage des journaux - Les mises en garde de la SEP

document

La Société des éditeurs de la presse privée (SEP) s'indigne, dans la déclaration qui suit, du piratage des journaux. Elle rappelle que cette pratique tombe sous le coup de la loi tout en invitant les organes à ne pas se prêter à ce jeu.

La Société des éditeurs de la presse privée (SEP) constate avec regret l'émergence du phénomène de piratage des journaux sur Internet (Facebook, WhatsApp, mailing List et autres).

En effet, des versions PDF, des articles ou des journaux scannés circulent sur les réseaux sociaux et sont partagés entre plusieurs personnes au préjudice des entreprises de presse.

La SEP rappelle que cette diffusion à grande échelle est illégale et les auteurs et complices de tels actes sont passibles de poursuites judiciaires.

En effet, la loi N° 032/99/AN du 22 décembre 1999 portant protection de la propriété littéraire et artistique interdit formellement ces pratiques qui, du reste, sont préjudiciables à la survie des entreprises de presse écrite.

Les journaux traversent en effet actuellement une période difficile du fait du coût très élevé des intrants de production et de la faiblesse du marché publicitaire.

La SEP invite donc les fidèles lecteurs et l'ensemble des usagers des productions de ses membres à ne pas encourager ces comportements qui pourraient entraîner la disparition de certains titres dans les kiosques à journaux et dans l'espace démocratique.

Ensemble, sauvegardons les outils d'expression en disant NON au piratage des journaux !

Pour la SEP

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.