Cote d'Ivoire: Décédée le 30 septembre dernier suite à un viol - La petite Océane Bouassa repose au cimetière d'Abobo

18 Novembre 2019

La levée du corps de la fillette a eu lieu le 16 novembre à Ivosep, en présence des ministres Bakayoko-Ly Ramata et Moussa Dosso.

Bouassa Ahou Anne Palmera, dite Océane, cette fillette de trois ans qui a succombé le 30 septembre au Chu de Cocody, suite à un viol "ignoble", repose depuis samedi au cimetière d'Abobo.

La levée du corps de la môme, décédée par la faute d'un forcené, a eu lieu samedi à Ivosep, en présence des ministres de la Femme, de la Famille et de l'Enfant, Bakayoko-Ly Ramata, et celui des Ressources animales et halieutiques, Dosso Moussa.

Bakayoko-Ly Ramata a dit toute la compassion du gouvernement ivoirien à la famille éplorée. Elle a rappelé l'engagement des autorités nationales aux côtés de la famille Bouassa. « Nous sommes très affligés. L'État de Côte d'Ivoire, depuis le décès de la petite Océane, a apporté son soutien aux parents.

Le Président de la République, la Première dame, le vice-Président, le Premier ministre, l'Assemblée nationale et le Sénat sont aujourd'hui représentés pour rendre un ultime hommage à la fillette », a indiqué la ministre.

Le présumé violeur et assassin arrêté

Elle a, encore une fois, dénoncé et condamné l'acte ignoble et inqualifiable dont a été victime Océane. « Nos enfants ont droit à la vie, à une enfance heureuse.

C'est pourquoi, dans le code pénal, on vient d'alourdir les peines pour viol de 5 à 25 ans, et la prison à vie pour ceux qui violent les enfants mineurs », a confié Bakayoko-Ly Ramata. Avant d'ajouter que l'auteur présumé a été arrêté, et que les enquêtes se poursuivent pour « bien établir sa culpabilité ».

Dans l'hommage qu'elle a rendu à Océane Bouassa, la présidente du parlement des enfants, Isabelle Babo, a dit que la jeune disparue a été un tout petit bourgeon innocent qui germait allègrement à l'ombre de la vie.

« Tu as été la victime d'une personne immorale, d'un adulte sans cœur, sans vertu, sans foi, sans loi. Face à cet acte odieux, les sentiments qui nous animent sont mêlés de tristesse et de colère », a-t-elle fustigé.

Bouassa Ahou Océane a été enlevée le samedi 28 septembre à Bore-Ettienkro, dans le département de Dimbokro, alors qu'elle jouait.

Portée disparue, la petite a été retrouvée le lendemain dans un état lamentable. Elle a été transportée à l'hôpital de Dimbokro, puis, dans la nuit du dimanche 29 septembre au Chu de Cocody, où elle est décédée le lendemain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.