Gabon: Les Droits de l'Homme au cœur d'un atelier de renforcement de capacités à Libreville

18 Novembre 2019

Un atelier sur le renforcement des capacités du Mécanisme d'Alerte Rapide de l'Afrique centrale(MARAC) sur l'intégration des Droits de l'Homme dans les activités de prévention et d'alerte précoce se tient depuis ce lundi 18 novembre 2019 à Libreville au Gabon.

Ce séminaire de renforcement, organisé par le Centre des Nations-Unies pour les Droits de l'Homme et de la Démocratie en Afrique centrale a vu a permis à plusieurs acteurs de la société civile de répondre présent à ce rendez-vous du donner et du recevoir.

C'est un atelier relatif au renforcement des capacités du Mécanisme d'Alerte Rapide de l'Afrique centrale(MARAC) sur l'intégration des Droits de l'Homme dans les activités de prévention et d'alerte précoce. Plusieurs acteurs de la société civile et des ONGs ont échangé sur les questions de droits de l'Homme et surtout de maintien de la paix en Afrique centrale. Cet atelier, nous apprend-t-on, vise « à assurer l'intégration de la dimension des droits de l'Homme dans les politique et méthodes de travail du MARAC en dotant ses membres d'outils nécessaires permettant de renforcer leurs capacités sur les droits de l'Homme et le Droit international humanitaire ».

L'ambassadeur Beaudoin Hamuli a d'ailleurs expliqué que Mécanisme d'Alerte Rapide de l'Afrique centrale(MARAC) est un service de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale(CEEAC). C'est un outil pour les onze pays de l'Afrique centrale au service de la prévention des conflits, du maintien de la paix. Il invite la société civile pour qui, le diplomate a beaucoup de respect et d'admiration, à explorer les questions des droits humains et à demander à ce que l'on puisse dégager des éléments qui pourraient être introduit dans le cadre général des indicateurs pour la prévention des conflits.

Pour l'expert des Droits de l'Homme Jean-Jacques Purusi Sadiki, cet atelier de formation vise essentiellement à promouvoir et protéger les droits humains. C'est pour lui, un rendez-vous de partage d'expériences. L'effort qui réunit les participants à ce séminaire, dira-t-il « est un effort collectif pour essayer de revenir à la dynamique selon laquelle, plus jamais ça, plus jamais de tragédie dans notre région. Telle est la vision, tel est l'idéal qui nous réunit tous ici. Nous devons tout faire pour faire en sorte que nous puissions contribuer à cet idéal » lance-t-il dans son allocution.

La recherche de la paix dans un pays en conflit est un atout majeur pour les populations prises dans les mailles du filet des belligérants. Le maintien de cette paix est un vœu pieux pour les nations à sang et à feu. Enseigner les vertus de la paix, les chanter, crier par mesure préventive pour consolider la valeur des droits de l'Homme est sans doute ce que vise le MARAC (Mécanisme d'Alerte Rapide de l'Afrique centrale).

Les droits de l'homme sont les droits inaliénables de tous les êtres humains, quels que soient leur nationalité, lieu de résidence, sexe, origine ethnique ou nationale, couleur, religion, langue ou toute autre condition,nous enseigne-t-on.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.