Maroc: Le plan Maroc vert, un modèle à suivre

Le Forum Nigeria-Maroc des affaires plaide pour une coopération bilatérale dynamique et répondant aux attentes

Apprécier les opportunités d'investissement dans les secteurs de l'agriculture et de l'énergie au Nigeria, renforcer la coopération entre les opérateurs économiques marocains et nigérians. Tel a été l'objectif de la deuxième édition du Forum Nigéria-Maroc des affaires organisé récemment dans la capitale, Rabat.

Organisée par l'ambassade du Nigéria au Maroc, ce rendez-vous entendait aussi présenter aux opérateurs économiques marocains des mesures incitatives mises en place par le Nigeria en vue de développer l'investissement dans ces deux secteurs à fort potentiel.

Cette année, le Forum Nigeria-Maroc des affaires a réuni plus de 200 invités marocains et nigérians dont des décideurs, chefs des missions diplomatiques et opérateurs économiques des deux pays.

Secrétaire général du département de l'agriculture au ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Mohammed Sadiki a rappelé les dispositifs d'échange et de partenariat mis en place par ce département avec les pays africains et relevé le potentiel de la coopération commerciale et technique entre le Maroc et le Nigeria dans les secteurs de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de l'alimentation.

Après avoirs salué une coopération bilatérale fructueuse, l'ambassadeur de la République fédérale du Nigeria au Maroc, Baba Garba, a rappelé la quinzaine des accords signés entre les deux pays, dont celui relatif au gazoduc Maroc-Nigeria, lors de la visite de SM le Roi Mohammed VI au Nigeria en 2016 ; et attiré l'attention de l'assistance sur la politique de diversification que mène son pays appelant ainsi à renforcer la coopération économique notamment dans les secteurs de l'agriculture et de l'énergie.

A propos du projet du gazoduc Maroc-Nigeria, la directrice générale de l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, a insisté sur les retombées positives dans la région et les énormes opportunités qu'il offrira aux acteurs économiques des pays qu'il traversera.

Pour Laaziz Kadiri, président de la Commission diplomatie économique, Afrique et Sud-Sud, à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), cette importante « rencontre est une occasion de mettre l'accent sur la nécessité de donner une impulsion nouvelle aux relations économiques et commerciales », a-t-il déclaré relevant que la présence en force d'acteurs tant marocains que nigérians traduit cette ferme volonté commune de tisser des liens de partenariat plus denses.

Insistant sur la nécessité que la coopération des secteurs privés s'appuie sur la vision Sud-Sud enracinée des deux côtés pour assurer le développement de l'Afrique et la prospérité de son capital humain, il a déclaré : «Nous pouvons nous fixer pour objectif d'aider les entreprises à prospecter nos marchés respectifs, mieux exporter et identifier des opportunités d'investissement ». L'objectif étant de promouvoir et de renforcer le co-investissement et le co-développement et la création de valeur ajoutée et d'emplois locaux, soutenus par un investissement productif, a-t-il précisé.

A propos des deux secteurs retenus pour cette édition, Laaziz Kadiri a indiqué que l'agriculture et l'agro-business représentent le fer de lance de la nouvelle stratégie économique du continent.

Ainsi, « il est de notre devoir, vis-vis de nos populations et des générations futures, de relever le défi d'une agriculture durable et performante, à même de valoriser nos produits naturels, de nourrir notre continent et ses enfants, tout en respectant notre environnement », a-t-il poursuivi. Et de rappeler que l'Initiative pour l'adoption de l'agriculture africaine (Triple A), lancée et portée par le Maroc à l'occasion de la COP22, a pour ambition de réduire la vulnérabilité de l'agriculture africaine face aux changements climatiques.

En outre, a-t-il ajouté, « le Maroc dispose d'un véritable know-how en Afrique dans le domaine de l'agriculture et de l'agro-business. Le plan Maroc Vert est un plan sectoriel dont le bilan est extrêmement positif et qui peut représenter un modèle à suivre pour plusieurs pays africains ».

Considérant la relation entre le Maroc et le Nigeria comme un atout déterminant pour le développement économique du continent, le président de la Commission diplomatie économique a conclu en appelant à la réactivation du Conseil d'Affaires maroco-nigérian signé entre la CGEM et son homologue. Objectif : «Mettre en place une commission dédiée à l'investissement qui aurait une mission de veille, pour identifier les marchés que nous pouvons prospecter ensemble et accompagner les deux communautés d'affaires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.