Ile Maurice: Banques - Barclays devient ABSA (Mauritius) en mars 2020

18 Novembre 2019

C'est confirmé. Barclays Bank (Mauritius) intégrera officiellement le groupe sud-africain ABSA pour y devenir une filiale en mars 2020. Elle sera rebaptisée ABSA Mauritius. Sont aussi concernées les filiales de la Barclays implantées dans une douzaine de pays africains comme le Botswana, le Ghana, le Kenya, le Mozambique, la Tanzanie, la Zambie, les Seychelles ou encore l'Ouganda.

Intervenant vendredi soir lors d'un spectacle-dîner à Pailles pour marquer le centenaire de la Barclays à Maurice, le Managing Director, Ravin Dajee, s'est réjoui de ce changement d'identité qui ouvre de nouvelles perspectives à ses clients. Cette nouvelle enseigne, dit-il, n'affectera en aucun cas ses activités à Maurice. Pour cause, Absa Group offre des services à valeur ajoutée pour être encore plus proche de sa clientèle et mieux répondre à ses besoins. Plus particulièrement pour ceux souhaitant opérer ou investir dans la région.

Cette étape de transition, déjà visible dans certaines succursales de la banque, fait suite au changement intervenu après que Barclays PLC, basée à Londres, a réduit ses actions de 62,3 % à 14,9 % au sein de Barclays Africa Group Limited. Bien que Barclays PLC demeure un partenaire et actionnaire important, cette réduction de l'actionnariat implique que le réseau bancaire africain opérera sous la nouvelle marque. L'enseigne britannique a pour sa part décidé de se concentrer sur deux divisions, Barclays UK et Barclays Corporate & International.

Vendredi, employés, clients et partenaires étaient présents pour découvrir à travers une exposition photos des moments-phares qui ont jalonné la présence de cette institution sur le territoire mauricien. Ravin Dajee a salué les membres de «la grande famille de la Barclays qui ont tous à leur niveau joué un rôle important dans le succès de cette institution». Et d'ajouter que «c'était une manière de fêter un siècle de partage, de travail et de progrès qui a bénéficié à tous ses clients et au pays dans son ensemble».

De son côté, le gouverneur de la Banque de Maurice, Yandraduth Googoolye, a rappelé le passé avant-gardiste de la Barclays dans un certain nombre de domaines. L'institution a notamment été la première banque étrangère à opérer à Maurice, à employer la gent féminine - d'ailleurs le ratio de femmes y travaillant actuellement tourne autour de 56 % -, à embaucher des personnes autrement capables, à se lancer dans le secteur offshore ou encore à ouvrir en premier une succursale à Rodrigues.

Ce qui amène du coup le patron de la Banque centrale à s'appesantir sur la mission sociale des banques. Un rôle qu'il ne cesse de rappeler aux opérateurs de ce secteur et qui a été une des priorités de la Banque de Maurice depuis sa création en 1967. «As regulator and facilitator, the Bank of Mauritius has been accompanying banks in their transformative journey. Though the oldest banks in Mauritius have had a longer journey than the other banks and even the central bank, there is still a very long way to go !» a-t-il insisté auprès des invités. Tout en annonçant de «groundbreaking projects» lors du prochain dîner annuel en vue de porter le secteur financier à un autre palier de son développement.

Par ailleurs, la contribution de Jacques de Navacelle, le premier CEO non britannique de la Barclays, qui a cru dans le potentiel de la branche mauricienne et contribué à son développement, a été saluée par le gouverneur de la Banque centrale. Selon lui, sans l'apport de ce CEO, Barclays n'aurait pas été en mesure de célébrer ce centenaire.

ABSA Group en deux mots

Absa Group Limited (précédemment Barclays Africa Group Limited), cotée à la Bourse de Johannesburg, opère dans 12 pays d'Afrique avec quelque 42 000 employés. Le groupe recense, à ce jour, plus de 10 076 guichets automatiques pour 1 160 branches, avec une clientèle de plus de 11,6 millions. La banque dispose d'un capital supérieur à 100 milliards USD.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.