Congo-Kinshasa: RDC - La RTNC est-elle acquise au changement, après le 24 janvier 2019 ?

Le changement ! Tout le monde veut le changement à tout prix. Le changement comme l'a fait vivre la RTNC au monde entier le 24 janvier 2019. Une date historique très importante parce qu'elle marquait l'entrée en vigueur de l'alternance pacifique et civilisée entre le 4ème Président de la RDC, Joseph KABILA KABANGE, et le 5ème Président, Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO.

Si le 4ème Président a regretté de n'avoir pas changé l'homme Congolais, le 5ème s'est inscrit dans l'optique d'essayer d'y parvenir avec la mise en place de la structure de changement des mentalités.

Avec ce bon exemple du 24 janvier 2019, le changement devrait en principe être sectoriellement capitalisé par les Congolais que nous sommes, après cette date historique qui reste gravée dans nos mémoires. Parmi les voies les mieux indiquées pour visualiser ce changement, il y a l'utilisation des médias en général, et des médias audiovisuels, en particulier, avec en tête la Radio-Télévision Nationale Congolaise (RTNC). Avec son objet social de production audiovisuelle, encadrée en interne comme en externe par une ligne éditoriale en ce qui concerne l'accomplissement de sa mission classique d'information qui fonctionnerait dans une structure y relative, au côté d'autres missions classiques comme celle de formation/éducation et celle de divertissement dont les programmes se classifient suivant leur finalité et leur apport au changement sectoriel.

Pour ce faire, il faudra recourir à l'utilisation professionnelle de la typologie des produits audiovisuels classiques et connexes, assise sur une politique de programmation qui tiendrait compte de l'objectif de changement poursuivi en interne et en externe de la RTNC pour réussir ledit changement. Ce changement que certains auditeurs et téléspectateurs voudraient sans doute voir s'appliquer sur la RTNC, reposerait sur l'exploitation rationnelle du contenu de l'article 23 de la Constitution de la RDC telle que modifiée par la loi n°11/002 du 20 janvier 2019 qui stipule que « Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit implique la liberté d'exprimer ses opinions ou ses convictions notamment par la parole, l'écrit et l'image, sous réserve de la loi, de l'ordre public et de bonnes manières ».

Fort de l'argumentaire de cet article, les informations de la source s'avèrent nécessaire si pas indispensable pour que le peuple congolais soit épargné des rumeurs et des suspicions qui entacheraient l'image de marque de cette église au milieu du village qu'est la RTNC, et où tout le monde devrait entrer et sortir paisible avec une dose suffisante des prières, pour que le changement en interne comme en externe de cet établissement public soit confirmé en ce moment où notre pays tient à ce que les antivaleurs soient supplantées par les valeurs utiles au changement sectoriel notamment, celui du secteur audiovisuel où la RTNC est appelée à montrer l'exemple dans ce cadre du changement.

Pour ce qui est du changement, il faut reconnaître que socialement la RTNC semble avoir pris un plus bel élan pour répondre à certaines attentes utiles à son changement en interne. Même si des efforts doivent encore continuer dans ce sens, et être évalués périodiquement jusqu'à atteindre le point d'achèvement du social freiné par certaines contraintes, il faut avouer que cet établissement public est sur la voie de trouver des solutions aux problèmes posés, malgré certains malentendus qui se manifestent encore suite au non changement des mentalités de ces réfractaires qu'il faut sensibiliser au patriotisme et au principe d'affectio societatis. Les efforts faits pour le social devront se poursuivre en ce qui concerne la collaboration en horizontal et en vertical au sein de la RTNC pour que le pari du changement soit possible dans cette famille professionnelle qu'est la RTNC dès 2020. Puisqu'il faut œuvrer pour ce changement tant attendu, la famille professionnelle de la RTNC doit prêter une oreille attentive aux voix des auditeurs et téléspectateurs qui prétendent n'être pas objectivement informés, n'être pas médiatiquement formés/éduqués, et n'être pas sainement divertis. Leurs doléances méritent d'être professionnellement examinées pour que la raison soit donnée à la partie qui la mériterait.

En ce qui concerne le changement en externe, seule la politique de programmation de la RTNC assise sur des grilles qui tiendraient compte des objectifs annuels à atteindre à court, moyen, et long termes que le changement voulu pourrait être possible. Et, avec le professionnalisme de certains cadres et agents de la RTNC, il y a lieu de s'attendre à ce changement au niveau des antennes de Radio et de Télévision nationales. Tout est conditionné par les moyens exigés par la gestion par objectif et ses neuf piliers. Mais avec les moyens disponibles, il y a lieu pour la RTNC de faire ressentir déjà progressivement ce changement au peuple congolais, en attendant les fruits de la redevance Radio-TV comme ailleurs, ou d'être servi autrement en moyens matériels pour répondre efficacement aux attentes du peuple congolais à qui la RTNC doit sa raison d'être.

A chacun de nous de s'impliquer sectoriellement pour que le meilleur puits de la récolte soit celui du changement que nous voulons de tous nos vœux. Changement que la RTNC devra patriotiquement et professionnellement visualiser pour faire prendre conscience aux Congolais que nous sommes, conformément à la devise de notre pays qui est «Justice-Paix-Travail» et de notre hymne national «Le Debout Congolais». Etre acquis au changement pour la RTNC, c'est aussi ça.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.