Sénégal: Saint-Louis - Greenpeace avec le Gandiol contre les usines de farine de poisson

Gandiol (Saint-Louis) — L'ONG Greenpeace milite pour la fermeture des usines de farine de poisson installées dans la zone du Gandiol, dans la région de Saint-Louis, en vue d'arriver à une situation où les poissons pêchés sur les côtes sénégalaises soient d'abord consommés par les Sénégalais et les Africains.

Pour ce faire, l'ONG Greenpeace Sénégal soutient les populations des localités de Keur Baka, Bountou Ndour, Dièle Mbame, des communes du Gandiol "menacées par la pollution de l'usine de farine de poisson installée au cœur" de cette zone rurale de la région de Saint-Louis.

Selon le chargé des campagnes océans de Greenpeace Sénégal, Abdoulaye Ndiaye, "cette pollution impacte négativement" le cadre de vie des populations de la zone et leurs activités, de la pêche à l'agriculture en passant par l'élevage et l'école.

Greenpeace a déjà remis en juin 2019 un rapport aux plus hautes autorités sénégalaises, pour attirer son attention sur "la situation de la sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest, fortement menacée par l'industrie des farines de poisson", a signalé M. Ndiaye, dimanche, lors d'un rassemblement des populations de la commune de Gandiol-Tassinère.

M. Ndiaye, s'exprimant en présence d'imams, de jeunes et de notables de la localité, a précisé que ce rapport avait identifié entre la Mauritanie, le Sénégal et la Gambie, "50 productions de farine et d'huile de poisons" exploitant des ressources halieutiques.

Il souligne que ces exploitations privent les populations en particulier de poissons pélagiques, qui servent ainsi à nourrir d'autres poissons hors du Sénégal, ce qui est "inacceptable".

"Aujourd'hui, le Sénégal doit se battre pour arriver à l'autosuffisance alimentaire, mais aussi pour que les poissons sénégalais soient consommées d'abord par les Sénégalais et les Africains.

Nous n'avons pas besoin que d'autres viennent exploiter nos ressources halieutiques d'une manière irrationnelle, pour aller nourrir des animaux qui sont hors du Sénégal", a-t-il déclaré.

Aussi les populations du Gandiol souhaitent la délocalisation de ces usines ou leur fermeture, "car elles ne peuvent pas vivre avec les odeurs dégagées depuis l'usine, située à proximité des habitations et de l'école élémentaire".

Des odeurs qui "nuisent à la santé des populations, particulièrement des enfants et élèves", a insisté Ndatté Diallo, porte-parole des femmes du Gandiol.

Les autorités de la région de Saint-Louis ont visité l'usine et avaient promis de résoudre la situation, en rapport avec les responsables de l'usine, "mais les populations attendent toujours de voir des solutions définitives" à ce problème, a-t-elle indiqué.

A l'occasion de ce grand rassemblement, les élèves de l'école de Bountou Ndour, ont lu un message adressé au président de la République, pour solliciter la délocalisation de l'usine, installée à proximité de leurs habitations et école, depuis 2016.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.