Libye: La guerre s'étend à l'aviation civile

En Libye, les deux belligérants s'essaient à une nouvelle épreuve de force : la guerre s'étend désormais au domaine de l'aviation civile.

Tout a commencé mercredi dernier quand le gouvernement provisoire de l'est libyen, non reconnu par la communauté internationale, a pris une décision imposant à tout avion civil de l'ouest libyen, venant de Tripoli ou de Misrata, et traversant l'espace aérien à l'est d'atterrir à Benghazi avant de poursuivre son chemin.

Cette décision concerne la liaison avec quatre pays alliés du maréchal Khalifa Haftar. Il s'agit de la Jordanie, de l'Égypte, de l'Arabie Saoudite et du Soudan. Une décision prise « pour des raisons sécuritaires », ainsi que les autorités de l'est libyen se justifient.

Ce jeudi, un avion partant de Misrata pour rallier la Jordanie s'est vu obligé d'atterrir à Benina avant de poursuivre son chemin. L'identité des voyageurs a été contrôlée par la sécurité de l'est libyen.

Cette décision a provoqué un tollé à l'ouest. Le gouvernement Fayez Sarraj a dénoncé cette mesure qui « multiplie les souffrances des voyageurs » et menace leur sécurité.

Plusieurs observateurs trouvent que c'est là une façon d'exercer des pressions sur les milices de l'ouest, qui combattent les forces de Khalifa Haftar.

Mais ces milices ont également leur mot à dire : ce dimanche, alors qu'un avion civil de l'est faisait une escale technique à Misrata, on lui a interdit de repartir. Le gouvernement provisoire de l'est a réagi en menaçant de prendre des mesures, sans préciser leur nature.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.