Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - L'armée dresse un bilan mi-parcours des « opérations d'envergure » à Beni

19 Novembre 2019

Le bilan présenté par les FARDC ce jour s'étend sur près de 20 jours d'intenses combats engagés par l'armée dans la région de Beni et qui se sont soldés sur des prouesses fabuleuses de l'armée contre l'ennemi. Lancé depuis le 30 octobre dernier par le chef d'État major général, Célestin Mbala Musese, décidément, l'assaut dit final sera déterminant.

Selon le major Mike Azukay, porte-parole des opérations Sokola 1, un résultat probant est à mettre à l'actif des FARDC même si le travail qui reste à réaliser est énorme. Devant la presse, il a esquissé le parcours élogieux des militaires loyalistes depuis le début.

Pour le porte-parole des opérations militaires dans la région, en dépit de la diversion à laquelle il semble se livrer depuis quelques jours, en ciblant les populations non armées, nombreux éléments réunis semblent démontrer que l'ennemi est sensiblement affaibli, coincé par des combats que lui impose l'armée congolaise. Par ses actes lâches et cruels qui cachent mal son tourment, il tente de donner l'impression de demeurer tactiquement nocif et puissant.

Depuis le début des offensives militaires, au moins 7 positions ennemies, et pas les moindres, ont été conquises par les soldats congolais. Parmi elles, l'une des plus extraordinaires demeure celle située dans « le triangle de la mort », entre Mapobu Carrière et Mapobu village.

Mike Azukay raconte que ce camp était considéré comme une base-arrière des opérations des assaillants où tout se planifiait, parce que l'ADF y avait bâti une école coranique, une mosquée, un dispensaire ainsi qu'un camp d'entraînements.

Au cours de cette merveilleuse conquête, l'armée est parvenue à neutraliser Mzee Wakazi, un des plus importants chefs rebelles. Peu avant, mama Sarah, une autre figure importante du groupe armé a également été stoppée net.

« Après 7 jours de combat, l'axe nord a repris toutes les postions de l'ennemi et même le contrôle du plus grand bastion de l'ADF, Mapobu 3. Les FARDC y ont neutralisé un grand chef qui tenait le camp. C'était un camp qui constituait le verrou pour New Medina. C'est à partir de ce camp que l'ennemi projetait des incursions sur les agglomérations. A Mapobu 3, on a trouvé une mosquée, un dispensaire, une école coranique, un camp d'entraînement, 2 panneaux solaires, plus de 20 bidons d'huile et une quantité de produits pharmaceutiques. C'était là où on accueillait les combattants », a expliqué devant la presse le porte-parole militaire dans la région.

Les FARDC indiquent que d'autres combattants rebelles dont le nombre est inestimable ont été neutralisés par les forces armés même si elles reconnaissent également avoir perdu certains de leurs éléments sur le champ d'honneur ou enregistré une vingtaine d'autres blessés : » Il y a plusieurs autres combattants qui sont tombés et nous avons, nous avons perdu des militaires et une vingtaine des blessés », ajoute le major Azukay

L'armée resserre complètement l'étau sur l'ennemi

Décidément, les djihadistes semblent déjà encerclés par les forces loyalistes sur tous les fronts. Les FARDC promettent qu'elles agiront de façon à limiter ses capacités de manœuvre ainsi que ses mouvements.

Le major Mike Azukay annonce que 4 axes dont celui qui s'etendra jusque dans la province de l'Ituri, ont été envisagés au cours de ce combat de sorte que l'ennemi soit complètement étouffé et défait.

» Depuis les opérations en cours aujourd'hui, on a créé 3 axes: l'axe centre qui avance à Mayangose, l'axe sud, c'est celui de Mwalika et le Nord qui est basé à Oicha. Dans les jours qui viennent, on va également actionner l'axe Ituri, une manière de serrer l'étau sur l'ennemi », dit-il.

Ce dernier regrette qu'en dépit des hauts faits enregistrés par les soldats congolais, les terroristes aient décidé d'agir sur les civils dans des agglomérations presque isolées du contrôle militaire.

Pour cet officier militaire, incapable de faire face à la puissance ce de feu, l'ADF fuit le combat, se déguise puis se dissimule au sein des habitants de Beni avant de s'en prendre nuitamment à eux. Il estime que cette forme de guérilla est de nature à vouloir pousser la population à briser son soutien aux FARDC. Mais, il promet que le rouleau compresseur qui se déroule maintenant sur les 3 axes ne leur pardonnera pas.

« Ces actes, c'est juste pour essayer de casser le bloc que nous avons tissu avec la population. Ces attaques s'expliquent par le fait que toutes les 7 positions que nous avions localisées sont passées sous notre contrôle. L'ennemi fuit les combats, évite les contacts avec les FARDC, entre dans les localités comme un bon citoyen et la nuit, il commence à tuer des gens. Mais la pression sera exercée sur lui jusqu'à sa mort définitive », promet-il.

Il sied de noter également que du côté civil, au moins 53 personnes ont sauvagement été abattues par l'ADF à Kokola, Mbau, Eringeti et Oicha en l'espace de 2 semaines seulement. La société civile demande ainsi à l'armée de mettre en place un plan adéquat de protection civile.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.