Ethiopie: Référendum pour l'autonomie du Sidama ce mercredi

Les Sidamas célèbrant leur fête du nouvel an en costume traditionnel.

C'est le premier véritable test démocratique de l'ère Abiy en Éthiopie : la zone Sidama se rend aux urnes mercredi pour un référendum sur la création d'un nouvel État régional. Cela fait plusieurs décennies que les nationalistes réclament leur autonomie.

Ce mercredi sera donc l'aboutissement d'une longue quête pour les nationalistes sidamas. Et sur le bulletin de vote, le choix sera simple : la jarre traditionnelle, la « shaféta » ou la hutte, « godjo ». Belachew a 20 ans et il a choisi son camp, imprimé sur textile : « Ce t-shirt porte un message : choisissez shaféta, car cela représente la paix et l'unité. »

En neuf jours, plus de 2,3 millions d'électeurs se sont enregistrés. Un processus très simple, tout comme le résultat espéré par le Dr Solomon, fraîchement enrôlé : « C'est une histoire d'auto-administration, rien d'autre.

Gouverner sa propre région, politiquement, économiquement, socialement, cela représente énormément pour les gens qui ont grandi ici. »

« Un scrutin, c'est toujours un choix personnel »

Les pro-référendum s'expriment facilement, les anti sont plus réticents. Certains gardent en mémoire les violences interethniques de juin 2018.

Et en juillet dernier, le report de ce scrutin avait entraîné des violences et fait au moins 53 morts, selon la police locale. Ceux qui acceptent de donner leur nom ne disent pas directement leur opposition.

Estifanos Abush, lui, est satisfait d'avoir son mot à dire : « Ceux qui ont demandé ce référendum pensent qu'une région Sidama est une bonne chose.

Mais un scrutin, c'est toujours un choix personnel. Une fois dans le bureau de vote, chacun est libre de décider. »

Si certains non-Sidamas disent vouloir voter « oui », beaucoup craignent d'être discriminés si la zone devient un État régional.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Ethiopie

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.