Sénégal: Problémes d'orientation des bacheliers - Le ministère clarifie

19 Novembre 2019

Suite aux dysfonctionnements notés dans le processus d'orientation des nouveaux bacheliers 2019, le directeur du Centre des réseaux et systèmes d'information du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (Mesri), Dr Seydina Ndiaye, apporte des éclairages.

«Il faudra prendre en compte la deuxième orientation. Nous nous sommes rendus compte rapidement qu'il y avait certains paramètres qui n'avaient pas été pris en compte. Les premiers résultats publiés ne sont pas bons», explique-t-il.

Le démarrage des opérations d'orientation annoncé par le directeur général de l'Enseignement supérieur (Dges), Pr Amadou Abdoul Sow, le week-end dernier, a installé les nouveaux bacheliers dans le désarroi total.

Beaucoup d'entre eux ont exposé leur étonnement dans les réseaux sociaux pour avoir été orientés dans deux structures universitaires différentes.

A l'endroit des futurs pensionnaires des établissements publics d'enseignement supérieur, le directeur du Centre des réseaux et systèmes d'information du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (Mesri) déclare: «il faudra prendre en compte la deuxième orientation». Dr Seydina Ndiaye invite les bacheliers à aller sur le site de Campusen pour trouver la bonne information.

LES PREMIERS RESULTATS PUBLIES NE SONT PAS BONS

Comment en est-on arrivé à cette cacophonie sur les orientations de tous les bacheliers dans les établissements publics ?

Le directeur du Centre des réseaux et systèmes d'information du Mesri répond en ces termes: «au démarrage de la phase d'orientation, nous nous sommes rendus compte rapidement qu'il y avait certains paramètres qui n'avaient pas été pris en compte.

Les premiers résultats publiés ne sont pas bons. Ça n'orientait pas comme il fallait». Selon le directeur du centre, «beaucoup d'email et sms étaient malheureusement partis». Par conséquent, explique-t-il, «nous avons stoppé le processus. Nous avons supprimé la première orientation».

Pour restaurer la transparence et surtout l'équité du système d'orientation qui présente déjà des dysfonctionnements, le ministère a décidé de corriger et de procéder à un second envoi des orientations, avec les bons paramètres.

«Ce qui a amené ces cas où certaines personnes ont reçu deux fois les orientations», fait savoir le directeur du Centre des réseaux et systèmes d'information joint au téléphone.

UNE NOUVELLE PROPOSITION D'ORIENTATION INSTALLE L'INQUIETUDE

Le portail Campusen, une innovation de dématérialisation des orientations, continue de montrer ses limites pour la gestion de milliers de dossiers de nouveaux bacheliers. La tâche s'est avérée plus compliquée quand l'Etat avait décidé d'orienter tous les bacheliers dans les établissements publics d'enseignement supérieur.

Il fallait trouver de la place dans les universités qui étouffent déjà de leurs effectifs pléthoriques. Le gouvernement avait annoncé des mesures d'accompagnement, tout comme les syndicats avaient proposé des préalables pour le bon déroulement des enseignements apprentissages.

Avec ce nouveau «bug informatique» de Campusen, l'histoire semble donner raison aux syndicats qui ont toujours pointé du doigt les dysfonctionnements de cette plateforme innovante, pourtant primée par le Centre africain de formation et de recherche administrative (Cafrad) grâce à la réduction du temps de traitement des dossiers et des procédures d'inscription.

Hier, lundi 18 novembre, plusieurs bacheliers avaient reçu le message suivant: «suite à une erreur dans la procédure d'orientation, merci de ne pas prendre en compte le message reçu. Une nouvelle proposition d'orientation vous sera faite bientôt».

Ce court texte de 26 mots finit par installer une inquiétude chez les bacheliers et leurs parents. Allons voir ! Dans les détails du dossier d'une bachelière, nous avons pu noter un changement d'université et de filière en l'espace d'un jour.

En effet, la bachelière s'est vue orienter au département Espagnol de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar au soir de l'annonce de la disponibilité des orientations.

Mais grande a été sa surprise de se voir encore réorienter à l'université virtuelle du Sénégal, à la section Sciences juridiques, dès le lendemain. Celle qui voulait faire Langues, a vu son rêve de poursuivre ses études en Lettres modernes s'envoler.

«Je suis dans le désarroi», nous confie une nouvelle bachelière jointe elle aussi au téléphone. Elle explique: «j'ai été orientée à la Faculté des lettres (modernes) de l'Ucad. Le lendemain, je me retrouve à l'université virtuelle du Sénégal, à la section Art graphique et Numérique. Je suis présentement abattue. On attends de voir la suite».

TROIS POSSIBILITES AUX BACHELIERS

Après avoir été informé de son orientation à la formation, trois possibilités s'offrent à chaque nouveau bachelier. Il est invité à valider cette offre, si elle lui convient, et entamer son processus d'inscription à l'université. Dans ce cas précis, le bachelier ne pourra plus figurer sur la liste d'attente.

La deuxième possibilité qui lui est offerte, c'est de ne rien faire en attendant le traitement des listes d'attente. «Il se pourrait qu'un de vos choix préférés soit retenu», lit-on dans le mail envoyé par la Direction générale de l'Enseignement supérieur (Dges).

La dernière éventualité pour le bachelier, est de renoncer à la proposition d'orientation et attendre les listes d'attente. Le seul hic, dans ce troisième cas de figure, est que le bachelier peut perdre son droit à être orienté.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.