Congo-Brazzaville: Handball - Caïman revient sur l'échiquier national

Après plusieurs mois d'hibernation, le président général du club, Danh Ashley Poutance, a émis le souhait de le repositionner aux compétitions communale et nationale de la saison 2019-2020, en version séniors hommes.

Danh Ashley Poutance a donné l'information lors d'une conférence de presse qu'il a animée, le 19 novembre, au gymnase Henri-Elendé de Brazzaville, devant la presse sportive nationale et internationale.

Le président de Caïman a signifié que la décision de relancer cette équipe a été motivée par le fait qu'il se souciait de l'avenir de ses joueurs, puisque certains n'ont aucune autre activité en dehors du handball. Pour lui, cesser avec les activités de Caïman risque de briser la carrière de ces jeunes joueurs.

Selon lui, la Fédération congolaise de handball (Fécohand) avait mal interprété les textes avant de punir son équipe, estimant qu'il était mieux de sanctionner également les dirigeants ou directement l'équipe de Petro Sport, au terme de la bagarre qui s'était déroulée dans les vestiaires, lors d'un match ayant opposé les deux formations. Mais la Fécohand, a-t-il déploré, n'avait sanctionné qu'une seule partie.

« Nous pensons que c'est de l'arbitraire, parce qu'on ne peut pas sanctionner une partie puis en laisser l'autre, tandis que la bagarre se déroule toujours entre deux camps. Bref, nous aimons le handball et nous sommes prêts à nous plier aux décisions de la Fécohand, dont nous faisons confiance car, nous luttons tous pour l'épanouissement de ce sport et la préservation des talents des athlètes congolais. Nous croyons que les dirigeants du handball congolais sont prêts à accompagner tous les clubs, pour le bien des handballeurs », a indiqué Danh Ashley Poutance.

A en croire, le conférencier, la formation de Caïman souhaite donner le maximum d'elle-même afin de terminer parmi les meilleures équipes du Congo, puisque, outre l'équipe en version masculine qui évolue à Brazzaville, il existe désormais une autre en versuion féminine, basée à Pointe-Noire.

Précisons qu'il y a quelques mois, Danh Ashley Poutance avait retiré son équipe des compétitions nationale et departementale, à cause d'un « comportement injustifié », d'après lui, de quelques dirigeants du handball congolais.

En effet, le bureau de Caïman, lors de la saison sportive écoulée, avait fait venir deux joueurs de Patronage Pointe-Noire. Malheureusement, ces derniers n'ont pas joué le championnat départemental, les responsables de cette compétition jugeant qu'ils ne remplissaient pas toutes les conditions requises afin de faire partie des effectifs de Caïman. Ce qui avait valu à l'équipe une sanction « non officielle ».

Frustrés, les dirigeants du club avaient proféré des menaces à l'endroit de la Fécohand, sans que cette dernièrer ne réagisse. S'étant lésé à mi-saison, Danh Ashley Poutance avait décidé de retirer son équipe de la compétition.

Espérons que l'annonce du retour de Caïman, qui servira de sonnette d'alarme, épongera tous les problèmes qui minent les clubs congolais car, des sources proches de la ligue départementale de Brazzaville, cette structure procède, depuis le 19 novembre, à la réception des différents clubs sous tutelle, en attendant le championnat prévu au premier trimestre de l'année prochaine.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.