Afrique: "Journalisme d'émotion", l'UPF pose le débat

 Les 48emes assises de l'Union internationale de la presse francophone (UPF), ouvertes mardi à Yaoundé, pose le débat de l'emprise grandissante de l'émotion sur l'information, une évolution qui amène à donner de plus en plus aux faits et à l'analyse une importance jugée secondaire.

Prévue pour trois jours, cette rencontre à laquelle participent 400 délégués venus de 69 pays de l'espace francophone, porte sur le thème "Journalisme d'émotion, journalisme d'informations".

"Dans un monde du spontané et de l'instantané, l'information a fini par être un ressenti transmis, une somme d'impressions", a déclaré le président de l'Union internationale de la presse francophone (UPF), le Sénégalais Madiambal Diagne, dans son discours d'ouverture.

Les faits n'intéressent que pour leurs capacités à émouvoir, entraîner des réactions indignées en cascacade, selon le président de l'UPF.

D'après Madiambal Diagne, "l'analyse et la pensée, essentielles dans tout exercice démocratique, sont domptées, bien rangées voire reléguées à des valeurs secondes".

M. Diagne, posant la problématique qui alimentera les débats au cours de ces assises, note que la question d'un dysfonctionnement du journalisme via le rapport à l'émotion "se pose à tous les professionnels des médias tant le rôle des médias pour comprendre et analyser de façon lucide est essentielle".

"La conséquence majeure est une faiblesse du vrai ou du moins une multiplication des vérités probables", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre camerounais Joseph Dion Ngute, venu présider l'ouverture officielle de cette rencontre, juge que son thème "fort évocateur en dit long sur les défis qui interpellent les médias pris au piège de la course à l'audience, happés par l'émotion au risque de faire dérailler l'information".

Il a ainsi invité les participants à "tirer avantage des réflexions pour réinventer de nouvelles pratiques professionnelles".

La directrice des éditions et des Relations internationales du Monde diplomatique, Anne Cécile Robert, introduisant le débat par une leçon inaugurale consacrée à cette thématique, a lui aussi relevé le fait que les journalistes accompagnent le traitement de l'information par l'émotion au lieu de prendre une certaine distance.

"Les conséquences peuvent être dramatiques", a-t-elle souligné, relevant que "ce n'est pas seulement la manipulation de l'émotion mais l'invasion de l'émotion dans l'espace sociale".

Les 48emes assises de l'UPF se pencheront sur divers sous-thèmes tels que "Le photojournalisme : entre information et mise en scène, lorsque la recherche de l'émotion déforme les faits". Il est également prévu une table ronde sur "Journalisme d'investigation : du droit absolu à l'information".

Les assises de la presse francophone sont organisées chaque année dans un pays autour d'un thème qui interpelle l'exercice du métier de journaliste.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.