Cameroun: Education en temps de crise - Des responsables à l'école

Conjointement organisé par le gouvernement et l'Unicef, un séminaire y relatif se tient depuis hier au ministère des Relations extérieures à Yaoundé.

A cause de l'instabilité sociopolitique due à divers conflits, certaines régions du pays sont en proie aux crises sécuritaires. Cette situation compromet de ce fait l'accès à une éducation qualitative aux enfants vivant dans ces zones. Or, l'éducation est un droit fondamental inaliénable. Il faut dès lors prendre des mesures d'urgence. C'est la raison d'être du séminaire sur l'« Education en situation d'urgence » ouvert hier et qui s'achève demain, au ministère des Relations extérieures (Minrex) à Yaoundé. Conjointement organisé par le gouvernement et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), cet atelier a pour objectif de sensibiliser sur la préservation et la promotion de l'éducation dans les zones en conflit. Car, « même en temps de crise et lorsque les communautés ont tout perdu, l'éducation demeure la première priorité pour les familles », a déclaré le représentant de l'Unesco, Bruno Djoumesse.

Ainsi, les participants, recrutés parmi les responsables des administrations centrales et des services déconcentrés de la chaîne de l'éducation camerounaise, ont été édifiés sur la nécessité à assurer une éducation continue de qualité aux enfants vivant en zones de conflit. En effet, « l'instabilité et la pauvreté y font souvent le lit du chômage ou l'oisiveté, les jeunes de ces milieux restent vulnérables à la violence et à l'extrémisme. Les régions de l'extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en sont des preuves palpables », a-t-il conclu.

C'est donc dans cette perspective que le secrétaire général du Minrex, Laurent Tchandeu, a demandé aux séminaristes de plaider auprès de leurs administrations afin que ce message fasse tâche d'huile. Des mesures sont déjà prises par le ministère de l'Education de base et celui des Enseignements secondaires pour réintégrer les enfants déplacés dans le système éducatif classique. L'Unicef accompagne ce processus en aidant à « la réfection des salles classes, à la formation et au renforcement des capacités des enseignants et autres animateurs ; surtout en ce qui concerne le volet psychosocial pour la réduction des risques auxquels ces enfants sont exposés », a affirmé Jack Boyer, représentant de l'Unicef.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.