Ile Maurice: Promesse électorale gratuits - Parents et libraires dans l'attente

19 Novembre 2019

«Je voulais être prévoyant et acheter les livres pour ma fille qui va entrer en Grade 9. Mais comme je sais qu'on a promis que ce sera gratuit, j'attends.» Comme Deoraz Ghurbin, ils sont nombreux les parents d'élèves - environ 50 000 bénéficiaires sont concernés selon le ministère de l'Éducation - qui attendent d'être fixés quant à la promesse électorale de manuels scolaires gratuits pour les élèves de Grade 7 à Grade 9 pour la rentrée 2020.

Si les parents d'élèves s'en réjouissent et veulent surtout savoir «comment ça va se passer », tel n'est pas le cas du côté des libraires. La promesse électorale de la gratuité de manuels scolaires jusqu'en Grade 9 a été accueillie avec appréhension par deux associations de libraires.

D'une part, Ahmad Sulliman des Editions Le Printemps, président de la Booksellers and Stationery Owners Association (BSOA), critique une mesure «purement électoraliste». Un point de vue qu'il soutient du haut de ses «45 ans de métier, dont 30 ans comme éditeur». Il considère que «c'était irréfléchi» et explique que «cette mesure met en péril la cinquantaine de libraires qui dépendent énormément des ventes de fin d'année».

Le président de la BSOA insiste : «Les petites librairies comptent sur la rentrée des classes pour payer le 13e mois de leurs employés et écouler leur stock.» Des stocks qui s'expliquent ainsi : les manuels de Grade 7 sont en utilisation depuis deux ans et ceux de Grade 8 seront utilisés pour la seconde année. «Nous allons nous retrouver avec des milliers de copies sur les bras à cause d'une promesse électorale.»

Lettre au ministère

D'autre part, Devarajen Samoo de la Booksellers and Newsagents Association (BNA) confirme avoir envoyé une correspondance conjointe avec la BSOA à ce sujet, au ministère de l'Éducation, le mardi 12 novembre. Suivie d'une nouvelle lettre, le vendredi 15 novembre. Selon lui, cette promesse électorale aura un impact «drastique sur les libraires si elle est appliquée sans consultation».

Devarajen Samoo souligne que «nous n'avons pas de problème avec la mesure en elle-même, mais c'est son application qui n'est pas claire». Il indique avoir «entendu dire que les manuels seraient livrés directement aux écoles». Conséquence, déclare-t-il : les parents ne se tourneront pas vers les libraires pour les fournitures scolaires. «Nos ventes sont concentrées entre décembre et janvier. Le reste de l'année, il faut trouver des astuces.» Le responsable de la BNA va plus loin : si une solution n'est pas trouvée, «on va vers la crise sociale. Environ une centaine de libraires sont concernées».

Deux propositions rejetées

Dans une correspondance conjointe, les deux associations de libraires ont fait deux propositions. Soit le renvoi pur et simple de la promesse électorale à la prochaine rentrée, le temps de trouver une «solution acceptable». Soit accorder un «voucher» de Rs 900 (basé sur une moyenne du coût des manuels) aux parents qui pourront le présenter dans la librairie de leur choix, pour acheter les manuels pour les 11 «core titles» ou matières obligatoires jusqu'en Grade 9. «Cela aidera les libraires à écouler leur stock.» Il ressort que deux réunions ont déjà eu lieu entre les représentants d'associations de libraires et le ministère de l'Éducation. Et que les deux propositions auraient été rejetées. Du côté du ministère de l'Éducation, une source indique : «Cette mesure concerne environ 50 000 bénéficiaires qui seront en Grade 7, 8 et 9. Nous irons de l'avant avec la mesure telle qu'elle a été annoncée. Nous sommes en voie de finalisation des modalités.»

Peu d'information...

Petite tournée des librairies dans la capitale. C'est l'incertitude du côté des responsables. Josian Tobie de la librairie Bourbon explique qu'il n'a pas encore eu d'informations concernant la mesure. Quand sera-t-elle applicable ? Il affirme qu'il a décidé de ne pas vendre de livres aux parents d'élèves en Grade 7 à 9, «parce que ce serait trop malhonnête», ajoutant : «Il y a des parents qui ne sont pas au courant de cette promesse, mais je ne vends des livres que pour le Grade 10 à monter.» De son côté, Bala Pather de la Librairie Bonanza, qui est également trésorier de la BSOA, est d'avis que la mesure doit prendre effet à partir de janvier 2020. Il garde espoir dans les négociations entre cette association et les autorités concernées. «Nous avons tenté de joindre la ministre de l'Éducation, en vain.

Ena enn bel stok liv pa kone ki pou fer ar sa.» Lui aussi affirme qu'il ne vend pas de livres de Grade 7 à 9 pour le moment. «C'est aux parents de décider.» Pour sa part, Vishnu Bucchoo des éditions des Mascareignes indique avoir été pris de court par la promesse électorale. «Cela affecte le business surtout en cette période de fin d'année. On s'était déjà préparé pour la rentrée, il y a un gros stock de livres. Nous n'avons reçu aucune information du ministère. Nous négocions pour vendre nos manuels au ministère.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.