Sénégal: Risques liés à la digitalisation des services financiers - L'ambassadrice de Suisse appelle à la protection des consommateurs

Dans le cadre de la Semaine de l'inclusion financière dans l'Uemoa, un forum de haut niveau s'est tenu ce mardi au siège de la Banque centrale des états de l'Afrique de l'ouest(Bceao). Le thème portait sur «Promouvoir la culture financière pour une protection accrue des consommateurs ».

Prenant part à cette rencontre, l'ambassadrice de Suisse au Sénégal rappelant les risques liés à la digitalisation des services financiers, appelle à la protection des consommateurs.

«L'enjeu dans le cadre de l'inclusion financière est aujourd'hui non seulement de faciliter l'accès aux services financiers, mais aussi de s'assurer que ces services ne portent pas préjudice à leurs utilisateurs en leur faisant perdre de l'argent ou en les endettant.

La digitalisation des services financiers, à travers l'utilisation du smartphone notamment, pose aussi de nouveaux risques, tels que l'extorsion ou la fraude d'identité.

Il est dès lors important de mieux protéger les consommateurs contre les abus mais aussi de s'assurer qu'ils soient traités de façon équitable par les prestataires de services financiers », déclare Weichelt Krupski Marion.

Selon la diplomate, les bonnes pratiques en matière de protection exigent que les clients soient informés sur les modalités et conditions d'utilisation des produits.

«Que la comparaison entre les offrent soit rendue plus facile afin que les consommateurs puissent prendre des décisions financières en connaissance de cause.

Il convient en outre d'introduire une réglementation limitant les pratiques commerciales abusives et facilitant l'accès à des mécanismes de recours », recommande Mme Marion. Elle a tenu à féliciter la Bceao pour la mise en place d'un cadre réglementaire en faveur de la protection des consommateurs.

Elle n'a pas manqué de rappeler l'importance de l'éducation financière dans la prévention des risques, en particulier du surendettement et des pertes financières. Elle affirme que mieux comprendre les produits financiers permet aux individus de prendre des décisions plus adaptées à leur situation personnelle.

Weichelt Krupski Marion est revenue sur l'engagement de son pays en faveur de l'inclusion financière dans l'Uemoa.

«Comme vous le savez, la Suisse est fortement engagée en faveur de l'inclusion financière des populations dans l'Uemoa.

Elle a - vous vous en rappellerez - signé au mois de mai de cette année un accord d'un montant de plus de 2 milliards et demi de FCfa avec la Bceao pour soutenir la mise en œuvre de la politique d'inclusion financière régionale.

Cet accord venait compléter un premier contrat signé avec la Swiss Capacity Building Facility (SCBF) pour 2,4 milliards de FCfa.

Il a depuis été complété par un autre soutien à la Social Performance Task Force (SPTF) pour un montant de plus de 600 millions de FCfa », a-t-elle rappelé. Ces soutiens en faveur et de la prévention des risques de l'éducation financière démontrent à son avis, toute l'importance que la Suisse y attache.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.