Afrique de l'Ouest: Quand l'or devient un filon pour les bandes criminelles du Sahel

13 Novembre 2019

Un rapport publié par l'International Crisis Group constate qu'au Mali, au Niger et au Burkina Faso, le manque de contrôle étatique des sites d'orpaillage artisanaux favorise les groupes terroristes.

Un nouveau filon d'or a été découvert en 2012, qui va du Soudan à la Mauritanie. Une aubaine pour les organisations criminelles actives dans le Sahel : l'or devient objet de convoitise car il devient source de financement. L'International Crisis Group s'en inquiète dans un rapport.

Depuis 2016, des groupes armés s'emparent de sites d'orpaillage artisanaux là où l'Etat n'est pas là pour contrôler.

Les zones citées dans le rapport de l'ICG sont notamment la région de Kidal au Mali, la région de Tillabéri au Niger et le nord du Burkina Faso. Des régions où les groupes terroristes gagnent du terrain.

Pour faire face à cette situation, les Etats font appel à des acteurs privés pour contrôler les zones aurifères.

Des progrès dans la gestion au Mali?

Tiemoko Souleyamne Sangaré, de la Fondation pour le développement du Sahel, au Mali, estime qu'il est bon que l'Etat ait transféré le contrôle de l'orpaillage aux communautés locales.

Il souligne d'ailleurs que le nouveau code minier qui sera bientôt examiné à l'Assemblée permettra d'entériner une meilleure répartition des revenus. Là, il parle surtout des régions de Kidal dans l'ouest et Sikasso, dans le sud :

"Il y a certaines taxes qui reviennent directement aux collectivités, c'est-à-dire la patente : 60% à la région, 25 % au cercle et 15% à la région. Donc l'Etat fait en sorte que l'or puisse profiter aux communautés."

La sécurisation des sites est privatisée

Ce que déplore l'ICG, c'est surtout le contrôle physique des sites aurifères, la sécurisation des lieux qui est souvent externalisé par les Etats.

Soit à des entités traditionnelles, comme les chasseurs dozos au Mali, soit des groupes formés plus récemment comme les milices d'autodéfense koglweogo au Burkina Faso.

Parfois, il s'agit même d'anciens bandits. Au Burkina Faso, des entreprises privées ont aussi reçu des agréments pour sécuriser l'orpaillage artisanal.

Le problème, comme le dit Mathieu Pellerin, spécialiste du Sahel au sein de l'ICG, c'est que "le rapport de ces groupes avec l'Etat évolue avec le temps", c'est-à-dire qu'ils peuvent changer d'alliés selon leurs intérêts.

Par ailleurs, ils ne sont ni formés ni équipés à remplir les missions de surveillance ou antiterroriste dont l'Etat les charge.

Des recommandations aux Etats pour remédier aux trafics

Les pistes de réflexion encouragées par l'ICG sont de deux ordres. D'abord en direcetion des Etats extracteurs concernés qui doivent mieux assumer la sécurisation des sites avec leurs armées et leurs polices, davantage formaliser l'orpaillage pour mieux contrôler la production, avec des comptoirs centralisés pour éviter les financements de réseaux criminels par des réseaux informels.

Et puis il y a les actions au niveau international. Mathieu Pellerin, auteur principal du rapport de l'ICG résume ainsi le problème:

"Si l'or ne pouvait être vendu via des filières d'export informel voire clandestines qui échappent à toute traçabilité, pour rejoindre Dubaï par exemple, il ne pourrait pas y avoir de financement des groupes armés. Donc la question des circuits transnationaux de commercialisation est essentielle."

Mais l'orpaillage industriel est compliqué aussi : la présence même de multinationales ou de l'armée sur certains sites miniers en font aussi des cibles potentielles.

En août, à Youga, au Burkina Faso, des riverains s'en sont pris aux employés turcs d'une entreprise minière. Et ces quinze derniers mois, les attaques contre la société canadienne SEMAFO se sont multipliées au Burkina Faso, faisant dix morts parmi ses employés. L'entreprise a suspendu ses activités dans la mine de Boungou.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.