Cameroun: Assassinat d'un prêtre kenyan dans la Manyu - Les enquêtes se poursuivent

Le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense communique : Des individus non identifiés, armés et vêtus de treillis de combat ont fait irruption devant la chapelle de Kembong, agglomération rurale située à une vingtaine de kilomètres de Mamfé dans l'arrondissement d'Eyumedjock, département de la Manyu, à bord d'un véhicule dans l'après-midi du mercredi 21 novembre 2018 vers 15 heures 30.

Ils ont délibérément ouvert le feu autour d'eux à l'aveuglette. C'est au cours de cette action que le prêtre Cosmas ONDORE OBOTO, de nationalité Kenyane, âgé de 33 ans, vicaire de ladite chapelle et résidant à Kembong, va être atteint de plusieurs balles et décèdera probablement des suites de ses blessures. Son corps sera conduit à la morgue de l'hôpital régional Annexe de Mamfé.

Cet incident ne sera signalé aux autorités administratives et militaires que tôt dans la matinée du 22 novembre 2018, hypothéquant ainsi toute prompte opération de poursuite et de recherche. Une enquête approfondie a été ouverte autour de ce regrettable incident. Les premiers éléments de celle-ci démontrent formellement que les auteurs de ce crime ont usé de perfidie dans le but de faire porter la responsabilité de leur crime aux Forces de défense et de sécurité, en droite ligne du mot d'ordre de l'activiste sécessionniste Eric Tataw résidant aux Etats-Unis, lequel avait promis de faire tuer tous les ressortissants étrangers qui s'aventureraient dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ceci pour attirer l'attention de la communauté internationale qui, d'après lui, se serait détournée de cette crise.

Enfin, le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense demande une fois de plus aux ressortissants étrangers dont la présence y serait véritablement indispensable, de signaler aux autorités administratives et Forces de défense et de sécurité, leurs mouvements dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en raison des menées de groupes terroristes et bandes armées qui y sont régulièrement enregistrées. Par ailleurs, il exhorte les populations à collaborer sans relâche avec les forces de Défense et sécurité pour mettre hors d'état de nuire ces hors-la-loi qui écument les régions du Nord-Ouest et du SudOuest. Yaoundé, le 23 novembre 2018.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.