Ile Maurice: Post-élections - Urne, «petite fente» et règle plate...

20 Novembre 2019

Des commentaires sur l'épisode «lareg» et les bulletins de vote ayant atterri dans la nature continuent à circuler.

L'explication de «lareg» ne tient pas la route, nous ont assuré d'anciens Returning Officers, qui ont organisé plusieurs élections dans le passé. La fente des urnes où l'électeur glisse son bulletin est «bien petite» et une règle est plate. «Il est quasi impossible de pouvoir ranger ces bulletins comme cela a été démontré dans la circonscription n°5 (Pamplemousses-Triolet). Pa ti pou kav mem bouz zot bien parski fant-la li zis o milié ek lareg la pa ti pou al partou dan urn la», confie un ancien Returning Officer interrogé.

La profession oblige, il ne souhaite pas que son identité soit dévoilée. D'ailleurs, fait-il ressortir, tous les votants ne plient pas leur bulletin de la même façon. «Or, dans la photo publiée sur le web, tous les bulletins sont pliés exactement pareil. Sa osi finn drésé ek lareg ? Personnellement, je ne mets pas en doute la commission électorale, mais ce genre de situation est impossible.» Mais il s'agit peut-être d'un T-set...

Idem pour une Presiding Officer, qui a travaillé dans la circonscription n°1 (Grande-Rivière-Nord-Ouest-Port-Louis-Ouest). «Il est sûr que chaque Returning Officer procède de manière différente et de ce fait donne des ordres qu'il juge être le mieux aux fonctionnaires. Toutefois, je n'ai jamais vu quelqu'un mettre de l'ordre dans une urne. Pour moi personnellement, ce n'est pas faisable. Bizin dir madam-la réfer sa, pou kapav krwar.»

Pour ce qui est du bulletin retrouvé par le député rouge Shakeel Mohamed au n°3 (Port-Louis-Maritime- Port-Louis-Est), et celui reçu par le candidat du Parti Kreol Morisien (PKM) au n°4 (Port-Louis-Nord- Montagne-Longue), un autre ancien Returning Officer explique que la situation la plus plausible est que ces bulletins ont quitté les centres de dépouillement après le counting. «Kan fini kontabilisé kan pé fer bundle 100 pou met dan bwat, ek enn moman dinatansion, enn dimounn dan lasal kapav inn glis enn parla.» Au moment où c'est le moins surveillé. Sinon il n'y a pas d'autre explication qui tienne la route. Donc, il a été comptabilisé.

«Impossible. Inconcevable que le bulletin ait pu quitter le centre de vote compte tenu du contrôle aussi strict mis en place lors des élections. D'ailleurs, chaque électeur doit montrer le scellé aux officiers avant de quitter la salle.» Selon ces officiers, toutes les urnes sont stockées sous la stricte supervision des candidats eux-mêmes, des agents politiques et des officiers de la Special Mobile Force dans les guard rooms, avant le jour du dépouillement. «Personn pa ti pou kapav fer sa. Ankor mwin alor ki bann bwat-la éna sélé lor zot.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.