Madagascar: Session parlementaire - Absentéisme record à l'Assemblée nationale

L'hémicycle est déserté par les députés en cette période de campagne électorale pour les Communales du 27 novembre.

Les députés sur le terrain de campagne. C'est le constat qui s'impose à l'Assemblée nationale depuis l'ouverture de la campagne électorale des Communales du 27 mai prochain. L'ordre du jour se trouve bouleversé par l'absentéisme record qui s'explique par le fait que les élus ont rejoint leurs circonscriptions pour une campagne en faveur des candidats de leurs partis. Les députés ont commencé à examiner depuis le 08 novembre, le cas des deux députés incarcérés dont Hasimpirenena Rasolomampionona de Fandriana et Ludovic Adrien Raveloson de Mahabo.

Les travaux des commissions sur cet ordre du jour se sont déroulés dans le désintéressement total des députés. La séance plénière prévue vendredi dernier pour l'adoption de la résolution sur le cas des deux élus n'a pas pu se tenir. Visiblement, les travaux parlementaires n'intéressent pas les députés en cette période de campagne électorale. Raison pour laquelle, l'examen du projet de loi de finances 2020, qui est d'ailleurs l'objet de la deuxième session ordinaire en cours, ne débutera qu'après les Communales du 27 novembre. Malgré cet absentéisme, les députés continuent de percevoir leur indemnité de session.

Ethique et déontologie. La prochaine séance plénière aura lieu demain à l'Hémicycle. Sauf changement, les députés auront à adopter la proposition de résolution portant « Code d'éthique et de déontologie de l'Assemblée nationale ». Une proposition de résolution présentée par l'élu de Vondrozo Andrianambinina Djohary Lee, et qui aurait été examinée en travaux de commissions lundi dernier. Pour bon nombre d'observateurs, ce code d'éthique et de déontologie est plus que jamais nécessaire pour remettre les députés sur la bonne conduite à tenir durant leur mandat.

En tout cas, les députés ont encore un peu moins d'un mois pour accomplir leur mission durant la session en cours, une session qui a débuté le 15 octobre. Le deuxième alinéa de l'article 75 de la Constitution prévoit que, la deuxième session ordinaire du Parlement est principalement consacrée à l'adoption de la loi de finances. Du côté du Sénat c'est l'attente car, un projet de loi de finances doit être toujours déposé à l'Assemblée nationale pour la première lecture. « (... ) L'Assemblée nationale dispose d'un délai maximum de trente jours à compter du dépôt du projet pour l'examiner en première lecture.

Faute de s'être prononcée dans ce délai, elle est censée l'avoir adopté, et le projet est transmis au Sénat. Dans les mêmes conditions, celui-ci dispose pour la première lecture d'un délai de quinze jours à compter de la transmission du projet, et chaque Assemblée dispose d'un délai de cinq jours pour chacune des lectures suivantes (... ) », stipule l'article 92 de la loi fondamentale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.