Afrique de l'Ouest: La lutte contre le terrorisme au Sahel passe par la résolution de la crise libyenne

Dakar — Plusieurs intervenants au sixième Forum International de Dakar sur la Paix et la Sécurité, qui s'est tenu lundi et mardi dans la capitale sénégalaise ont estimé que la résolution de la crise libyenne est l'une des solutions pour combattre plus efficacement le terrorisme au Sahel.

Le nouveau président mauritanien Mouhamed Ould Cheikh El Ghazouani, dans son intervention à la cérémonie d'ouverture du Forum, est monté en créneau pour dénoncer la situation d'insécurité au Sahel.

Pour le président mauritanien, la dégradation de la situation au Sahel a été aggravée par la faillite de cet Etat en 2011.

Le ministre nigérien de la Défense, Issoufou Katambé, a fustigé le fait que la communauté internationale ne veut pas que les pays africains évoquent la situation libyenne, alors qu'elle a de "grandes responsabilités" dans la crise sahélienne.

Prenant la parole, le ministre des Affaires étrangères de la république du Congo, Jean-Claude Gakosso, a déploré la "prise en otage" de la Libye par ses voisins.

Lire aussi: Pas de paix et de stabilité dans la région du Sahel sans l'Algérie

Selon le président du Comité de haut niveau de l'Organisation de l'Union africaine (UA) sur la Libye, les ingérences extérieures aggravent la situation sur le terrain.

"Les sponsors extérieurs doivent arrêter d'attiser la guerre", a demandé le ministre congolais.

"L'UA ne baisse pas le bras sur la crise libyenne", a-t-il conclu.

Cette année le thème du forum est "Paix et sécurité en Afrique : les défis actuels du multilatéralisme".

Lancé lors du sommet de l'Elysée de 2013 organisé par la France, la première édition du forum s'est tenue en décembre 2014 à Dakar sous le haut patronage du président sénégalais Macky Sall.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.