Burkina Faso: Commission électorale nationale indépendante - Le démembrement de Bruxelles installé

20 Novembre 2019

C'est désormais effectif. Les Burkinabè de la juridiction de l'Ambassade du Burkina Faso basée à Bruxelles qui couvre cinq pays : Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Grande-Bretagne et Irlande ont désormais leur outil électoral. Ce dimanche 17 novembre 2019, la Commission électorale indépendante d'Ambassade (CEIAM) de cette juridiction a été installée par le commissaire de la CENI, Tasséré Savadogo.

Les représentants des partis politiques de la majorité et de l'opposition ainsi que les mandataires des organisations de la société civile se sont en effet réunis ce jour pour élire les membres de la CEIAM.

A l'issue de plusieurs heures de tractations, la société civile a désigné M. Paulin Maré, un burkinabè résident en Belgique pour le représenter et conformément à la loi instituant la CENI, il a été d'office déclaré président de la CEIAM. M. Maré est responsable de l'Association Faso Solidarité basée en Belgique.

La majorité présidentielle a désigné M. Mahamadi Simporé, un militant du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), le parti au pouvoir pour le représenté. Il est établi au Royaume des Pays-Bas.

Quant à l'opposition, elle a jeté son dévolu sur le logisticien vivant en Belgique, Nomwendé Martinien Thiburce Ouédraogo, membre du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (ancien parti au pouvoir).

«A partir de ce jour, vous devez vous départir de ce qui est parti politique. Les meetings, les réunions politiques et consorts, tout ce qui est manifestation de vos partis, tout ça c'est +oublié+ pour vous ; vous ne devez plus y prendre part.

Vous êtes devenus des agents impartiaux dans le débat politique pour ne s'occuper que de l'organisation des élections», a conseillé le commissaire Tasséré de la CENI aux représentants des partis.

Conformément aux dispositions légales ayant institué la CENI et au regard du Code électoral, les deux représentants des partis politiques au sein de la CEIAM de Bruxelles, MM. Simporé et Ouédraogo sont des rapporteurs.

Le trésorier de l'Ambassade à Bruxelles, Mme Alizèta Baguian/Ouédraogo fera également office de trésorier de la CEIAM.

Les trois ont prêté serment devant l'assistance de remplir leurs missions avec probité, indépendance et impartialité.

Aussitôt installés, tous les quatre membres de la CEIAM ont entamé une formation assurée par le commissaire Tasséré sur le règlement intérieur de la CENI et les dispositions électorales.

L'installation de la CEIAM est le début de la concrétisation du vote des Burkinabè de la diaspora qui, pour la première fois prendront part à l'élection présidentielle de novembre 2020.

Selon le Code électoral burkinabè, les Burkinabè de l'extérieur ne peuvent voter que dans les ambassades et les consulats généraux.

La juridiction de l'Ambassade du Burkina Faso ne disposant pas de consulat général, c'est l'Ambassade à Bruxelles seule qui servira de lieu de vote pour les Burkinabè vivant dans les cinq pays.

Peu avant la désignation des membres de la CEIAM, l'ambassadeur Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma, la cheffe de la mission diplomatique à Bruxelles s'était réjouie que sa juridiction fasse partie de celle parmi lesquelles les conditions du nombre potentiel d'électeur ont été réunis pour obtenir un bureau de vote.

En effet, selon le code électoral, il faut au moins 300 inscrits dans les registres de l'ambassade pour ouvrir un bureau de vote à l'étranger dans une ambassade ou un consulat.

Le vote des Burkinabè de l'étranger toujours promis mais jamais concrétisé prend de plus en plus corps. Le Président du Faso Rock Marc Christian Kaboré ayant toujours assuré, partout où il est passé, à ses compatriotes qu'il respectera cette promesse électorale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.