Afrique de l'Ouest: Menace sur la cyber sécurité et criminalité organisée au niveau des états membres - La CEDEAO contre-attaque

20 Novembre 2019

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) engage la riposte contre les menaces qu'exerce le fléau de la cybercriminalité organisée sur ses Etats membres.

En collaboration avec l'Union européenne (Ue) et Expertise France, l'instance d'intégration régionale a procédé hier, mardi 19 novembre, en marge de la seconde et dernière journée de la 6e édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique au lancement de deux projets qui visent le renforcement de la lutte contre la criminalité organisée en Afrique de l'Ouest.

Il s'agit du projet OCWAR-M (Organised Crime West African Response to Money Laundering and the Financing of Terrorism) consacré à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme et OCWAR-C (Organised Crime West African response to Cybersecurity and fight against Cybercrime qui vise le renforcement de la cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité.

Le directeur adjoint de la Direction de l'économie numérique et des postes au niveau de la Commission de la Cedeao, Raphael Koffi, et l'Ambassadrice de l'UE au Sénégal Irène Mingasson ont procédé à la présentation de ces deux projets d'un coût de 7 millions d'euros chacun.

Cette rencontre s'est tenue également en présence du directeur général du Groupe intergouvernemental d'action contre le blanchiment d'argent en Afrique de l'Ouest (Giaba), Kimelabalou Aba, et de son collègue directeur général d'Expertise France.

Lors de ce face-à-face avec la presse, ces acteurs ont informé que ce projet test va s'étaler sur une période de 48 mois.

Par ailleurs, ils ont ajouté également au sujet des objectifs visés qu'il s'agira dans un premier temps d'aider les Etats membres de la Cedeao à évaluer les risques au plan national en vue de l'élaboration des politiques de lutte.

Ensuite, aider les Etats à améliorer leur système de surveillance par un renforcement des capacités de tous les acteurs de la chaine pénale (police judiciaire, procureurs, magistrats, société civile... ).

Et en dernier lieu, créer les conditions de coopération des services de renseignement et de lutte contre le blanchiment d'argent ainsi que le renforcement du personnel du Giaba.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.