Afrique: "Compact with Africa", la réticence des investisseurs allemands

20 Novembre 2019

Deux ans après le démarrage de ce projet, des efforts restent à faire pour rendre les pays africains plus attractifs pour les investisseurs allemands.

Ils ne sont que sept chefs d'État sur les douze concernés à honorer de leur présence à cette deuxième rencontre avec Angela Merkel sur les investissements en Afrique.

Ce rendez-vous est l'occasion pour la chancelière allemande de revenir sur un certain nombre d'initiatives pour soutenir l'investissement privé en Afrique, notamment le fonds d'investissement d'un milliard d'euros engagé par Berlin pour soutenir des projets d'entreprises allemandes et africaines.

A cela s'ajoutent les nombreux partenariats engagés avec des pays comme le Ghana, la Tunisie et la Côte d'Ivoire.

Même si ces initiatives sont timides dans d'autres pays, elles permettent au " Compact with Africa " d'y prendre corps.

C'est le cas du Togo qui a bénéficié de l'intervention de certaines petites et moyennes entreprises dans le domaine des énergies renouvelables.

Komi Sélom Klassou, Premier ministre togolais représentant du président Faure Gnassingbé à cette rencontre estime que : "le Compact with Africa" est une opportunité pour le Togo".

Il explique que le "secteur privé national bénéficiera d'un dynamisme en travaillant avec les homologues allemands qui ont une expérience avérée."

Élargissement du "Compact with Africa"

Ouvrir le projet à d'autres pays africains, c'est le souhait de Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine.

"Douze Etats sur une cinquantaine, ce n'est pas suffisant. Est-ce que ce ne sont pas les conditionnalités qui limitent les autres Etats à pouvoir faire partie de cet important projet? Il faut reconnaitre que les Etats africains ne sont pas dans les mêmes conditions pour des raisons évidentes", explique Moussa Faki Mahamat.

Appels à l'endroit des entreprises germaniques

Plusieurs personnalités dans leurs interventions sont revenues sur les différentes réticences des certaines entreprises allemandes à s'engager sur le continent africain.

Une occasion également pour le président ghanéen de présenter la situation des fèves de cacao de la Côte d'Ivoire et du Ghana sur le marché mondial.

Nana Akufo-Addo annonce "la décision de nous éloigner de la situation où nous ne sommes plus uniquement des exportateurs et des producteurs de matières premières pour nous tourner vers la montée en puissance de la chaîne de valeur dans nos pays".

À terme, "Compact with Africa" veut améliorer les relations économiques entre les pays africains et l'Allemagne. Berlin place cet objectif sur "la transparence et la confiance".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.