Afrique Centrale: Trois chefs rebelles centrafricains arrêtés à N'djamena

Un groupe rebelle en République centrafricaine (Photo d'archives).
20 Novembre 2019

Parmi eux, Abdoulaye Miskine. Ces arrestations posent une série de questions sur l'état de l'accord de paix de Khartoum.

Ces trois chefs rebelles ont semble-t-il franchi la frontière pour fuir des combats dans le nord de la Centrafrique. Ils ont été arrêtés mardi 19 novembre puis transféré à N'Djamena où ils ont été mis aux arrêts à l'Agence Nationale de Sécurité.

Ces interpellations posent une série de questions :

D'une part, comment expliquer ces arrestations alors que le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) du général Miskine est signataire de l'accord de paix de Khartoum ? Cet accord avait été signé le 6 février 2019 entre le gouvernement centrafricain du président Faustin-Archange Touadéra et quatorze groupes armés.

Dès lors, que représente Abdoulaye Miskine dans le jeu politico-militaire aujourd'hui en République centrafricaine ?

Selon Jeff Murphy Barès, le chef rebelle s'est progressivement écarté de l'accord de paix, en menant des prises d'otages et appelant récemment à la démission du chef de l'Etat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.