Afrique de l'Ouest: Crise humanitaire au Sahel - Le PAM a besoin urgemment de 150 millions de dollars

Le Programme alimentaire mondial (PAM) sonne l'alerte. La crise sécuritaire dans les Etats du Sahel central que sont le Mali, le Burkina et le Niger a occasionné 860 000 déplacés internes. Par ailleurs 2,4 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire dans la région, indique l'organisation internationale dans ce communiqué.

Le PAM lance également un appel aux donateurs à récolter 150 millions de dollars en vue de financer des opérations urgentes dans les pays concernés.

Ouagadougou - Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies tire la sonnette d'alarme.

La violence et les effets à long terme du changement climatique provoquent l'escalade de la crise humanitaire qui frappe le Burkina Faso et les pays voisins dans la région du Sahel central en Afrique de l'Ouest. L'action humanitaire doit s'intensifier rapidement pour protéger et sauver des vies au Burkina Faso et dans l'ensemble de la région.

« Une crise humaine dramatique se déroule au Burkina Faso. Elle bouleverse la vie de millions de personnes. Près d'un demi-million ont été forcées de quitter leur foyer et un tiers du pays est secoué par l'insécurité », a déclaré le Directeur exécutif du PAM, David Beasley.

« Nos équipes sur le terrain voient les niveaux de malnutrition dépasser largement les seuils d'urgence. Les jeunes enfants et les nouvelles mères sont dans une situation extrêmement critique. Si la communauté internationale veut vraiment sauver des vies, c'est maintenant qu'il lui faut agir. »

Il y a eu une forte augmentation de la violence au Burkina Faso - le nombre d'attaques dans la première moitié de 2019 a dépassé le total de 2018, avec quatre fois plus de victimes civiles que le total enregistré en 2018.

L'accroissement de l'insécurité a entraîné la fermeture d'écoles et l'abandon des champs par les agriculteurs à la recherche de sécurité, et ce dans un pays où 4 personnes sur 5 dépendent de l'agriculture pour leur subsistance.

L'impact sur les 20 millions de personnes qui vivent actuellement dans des zones de conflit à travers la région est dramatique. Rien qu'au Burkina Faso, au moins 486 000 personnes ont été contraintes de fuir leur foyer, ce qui porte à 860 000 le nombre total de personnes déplacées dans les trois pays sahéliens. Entre-temps, 2,4 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire dans le Sahel central - un chiffre qui pourrait augmenter en raison des déplacements.

Le PAM et d'autres organismes humanitaires sont confrontés à une crise de plus en plus grave alors que les fonds destinés à appuyer les opérations de secours s'amenuisent et que des ressources substantielles sont nécessaires pour répondre aux besoins croissants.

Même sans l'impact exacerbé de l'insécurité, le Sahel est en première ligne du changement climatique et de nombreuses communautés doivent déjà s'adapter à un climat imprévisible.

Le PAM est confronté à l'immense défi de répondre simultanément aux besoins humanitaires immédiats, tout en protégeant les investissements réalisés dans la résilience et l'autosuffisance des communautés, afin que tous les progrès réalisés ces dernières années ne soient pas perdus.

Le PAM a intensifié son action en fournissant cette année une aide alimentaire et nutritionnelle à plus de 2,6 millions de personnes dans les trois pays du Sahel central, concentrant ses efforts sur les zones où les besoins humanitaires sont les plus importants et où des déplacements massifs de population ont eu lieu.

Le PAM a un besoin urgent de 150 millions de dollars pour des opérations dans les pays du Sahel central (Mali, Niger et Burkina Faso), dans le cadre des programmes existants qui comprennent à la fois des activités d'urgence et des programmes de renforcement de la résilience.

Le PAM travaille dans plus de 80 pays à travers le monde, nourrissant les populations prises dans des conflits et des catastrophes, et jetant les bases d'un avenir meilleur.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.