Sénégal: L'aide chinoise à l'Afrique a pris un virage innovant à partir de 2013 (chercheuse)

 L'assistance chinoise à l'Afrique a pris un virage innovant et efficace à partir de 2013 à travers l'octroi de prêts préférentiels et la mise en œuvre de programmes destinés à accompagner le développement économique du continent, a souligné mercredi à Beijing, Qi Jianhua, chercheuse à l'Institut diplomatique chinois.

"La Chine a porté à 25 milliards de dollars son aide à l'Afrique après 2013 à travers des modes d'assistance innovés, une efficacité accrue, des prêts sans intérêts et des prêts préférentiels visant à aider les pays africains à se développer", a-t-elle expliqué.

Intervenant à une conférence sur le système d'aide chinois à l'Afrique, l'enseignante a insisté sur l'importance d'un programme dédié à la jeunesse africaine et qui a permis de former 30 000 jeunes et d'offrir 18 000 bourses d'études.

Faisant à des journalistes et acteurs de l'information du Burkina et du Sénégal participant dans la capitale chinoise à un séminaire d'une vingtaine de jours, la genèse de l'aide de son pays à l'Afrique, Qi Jianhua, a fait savoir que cette assistance avait démarré en 1949 en dépit du fait que le pays ne disposait pas à l'époque de beaucoup de ressources.

En 1963, une aide médicale est envoyée en Algérie et entre 1965 et 1969, on a assisté à l'achat de produits égyptiens et deux milliards de dollars avaient alors attribués à des pays africains, a-t-elle rappelé.

"Entre 1971 et 1979, 470 projets de travaux complexes sous formes d'aide pour 37 pays africains ont été mis en œuvre, bien que les entreprises chinoises ont commencé à partir de 1979 à s'ouvrir au monde et à l'Afrique", a-t-elle fait observer.

Elle a fait remarquer qu'en 1980, la Chine a octroyé à l'Afrique des prêts sans intérêts des aides sans contrepartie ainsi que 2, 5 milliards de dollars sous forme de main-d'œuvre,des travaux sous traités aux africains.

"Après la crise financière des années 1990, la Chine a renouvelé son aide qui passe de 1 à 6,5 milliards de dollars", a-t-elle dit, soulignant que c'est á partir de 2000 que l'aide chinoise s'est institutionnalisée à travers une première publication consacrée à la politique africaine de la Chine en 2006.

L'enseignante a également indiqué que c'est á partir de cette date que l'aide commence á se multiplier dans d'autres secteurs, avec des réductions de dettes et la signature d'accords.

"Depuis 2013, l'aide est élargie et approfondie et va vers l'agriculture, les infrastructures, constructions d'écoles, hôpitaux, prévention des maladies, échanges commerciaux, environnement, humanitaire et ressources humaines", a-t-elle dit.

L'objectif de l'aide chinoise, selon Qi Jianhua, est stratégique, politique, économique, humanitaire et culturel.

Car, a-t-elle soutenu, cet aide va maintenir la souveraineté nationale, la sécurité, une complémentarité réciproque entre l'Afrique et la Chine, la réduction de la disparité et de la pauvreté, contribuer à renforcer l'éducation et la formation en Afrique.

"La Chine et l'Afrique sont deux parties complémentaires et il n'y a pas de raisons qu'elles se séparent. La coopération va se poursuivre malgré les défis à relever", a-t-elle ajouté.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.