Afrique: Ouverture des travaux de la 19ème édition du forum mondial pour le développement des exportations 2019 (WEDF)

20 Novembre 2019

En marge de la semaine de l'industrialisation africaine 2019 qui a ouvert ses portes le mardi 19 novembre 2019 sous la présidence de l'ambassadeur Albert M Muchanga, commissaire de l'Industrie et du Commerce auprès du département de l'Industrie et du Commerce de la commission de l'Union Africaine, s'est ouverte la 19è édition du Forum Mondial pour le Développement des Exportations 2019 (WEDF) et de l'autonomisation.

La directrice exécutive du Centre international du Commerce (ITC), Mme Arancha Gonzalez a vivement remercié la Commission de l'Union Africaine et le gouvernement éthiopien, coorganisateurs de ce grand événement.

Selon Mme Gonzalez, les indicateurs utilisés dans le rapport sur l'écart de genre du Forum économique mondial montrent clairement que le genre et l'égalité sont loin d'être respectés malgré tous les garde-fous pris à la Conférence de Beijing, il y a 25 ans.

Les données révèlent que nous gagnons la terre sur la parité des sexes dans les niveaux d'éducation et de santé, mais que l'autonomisation politique et la participation et les opportunités économiques sont deux domaines clés de pouvoir et d'influence là où les femmes n'ont pas rattrapé leur retard avec des hommes.

Le Centre du Commerce international, dans le souci de venir en aide aux femmes dans leur autonomie, a fait ses propres recherches dans ce domaine et le constat est que même si les femmes sont clairement présentes dans le commerce, elles sont beaucoup moins actives que les hommes surtout dans le commerce transfrontalier qui se mondialise au jour le jour, affirme Mme Gonzalez.

Les statistiques ont montré que dans les échanges commerciaux, sur 5 entreprises exportatrices, une seule appartient à une femme.

Ceci montre que la femme est vraiment sous représentée dans les affaires internationales sur le plan du commerce. Et si nous voulons aider les femmes à s'autonomiser, nous devons travailler, a poursuivi Mme Gonzales.

Le Centre du Commerce International (ITC) émet à cet effet le vœu d'accompagner toutes les femmes d'affaires confrontées aux défis financiers à jouer leur partition à la croissance économique.

« Nous voulons un impact sur 56 000 femmes sur le continent en les accompagnant à accéder au fonds de financement du commerce mis en place par les partenaires financiers, mais aussi, à créer des plateformes pour renforcer leurs capacités sur les chaines des valeurs, à les renforcer à l'intelligence économique des valeurs ajoutées », a expliqué la Directrice Exécutive ITC.

Au niveau du Centre de Commerce International (CCI), grâce à l'initiative SheTrades, nous développons les compétences des femmes et les aidons à ajouter de la valeur à leurs produits et services : c'est le cas de l'entreprise de produits de beauté naturels de Victoria Garbrah, Venet Naturals, et de la décoration de maison de Ruby Buah, Kua Lifetsyle au Ghana, a ajouté la directrice.

Le CCI joue un rôle de premier plan dans le programme mondial relatif à l'émancipation économique des femmes.

« Nous sommes des défenseurs actifs au sein du groupe d'engagement officiel du Groupe des 20 principales économies (G20) sur les femmes dans l'économie, le Women 20 (W20).

Nous présidons le Conseil mondial du réseau international des leaders mondiaux du genre, qui est à l'origine de la Déclaration historique de Buenos Aires sur le commerce et l'autonomisation économique des femmes à la dernière Conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce », indique Mme la Directrice exécutive de la CCI ;

« Nous nous engageons également dans des partenariats stratégiques à travers le monde. En juillet dernier, nous avons co-rédigé une publication sur la gouvernance économique mondiale entièrement rédigée par des femmes.

Nous savons également que la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) pourrait potentiellement changer le paysage commercial de l'Afrique et stimuler les échanges intra-africains de plus de 50%. Cependant, si les politiques doivent fonctionner, elles doivent fonctionner pour tout le monde, y compris les femmes », insiste Mme la directrice.

C'est pour cette raison, ces deux derniers jours, le CCI, la Commission de l'Union africaine et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique ont collaboré avec plus de 40 associations de femmes entrepreneurs représentant un million de femmes entrepreneurs et productrices africaines afin de définir un ZLECA qui fonctionne pour les femmes.

Nous poursuivrons la discussion l'année prochaine en réunissant les femmes et les responsables des politiques commerciales, promet Mme la Directrice.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.