Cote d'Ivoire: Budget programme du ministère de la Fonction publique - Alain Lobognon et Gnamien Konan pas d'accord avec Issa Coulibaly

Le mardi 19 novembre 2019, à l'Assemblée nationale à Abidjan-Plateau, les députés Alain Lobognon et Gnamien Konan ont eu des échanges avec Issa Coulibaly, ministre de la Fonction publique, lors dé l'adoption du projet de budget programme de son ministère, pour l'année 2020.

Le projet de budget-programme présenté par Issa Coulibaly et adopté par les députés de la Commissions des affaires économique et financière, s'élève à 22 790 308 138 F CFA.

Il a été adopté à la majorité des parlementaires avec 21 voix pour, 0 voix contre et 12 abstentions. Les Députés Alain Lobognon (Rassemblement) et Gnamien Konan (PDCI ) se sont abstenus au moment du vote.

Pour 2020, le ministre Issa Coulibaly a souhaité entre autre que la somme de 1,7 milliards F CFA soit dégagée pour le financement des concours de la fonction publique.

Une mesure, accompagnée de bien d'autres, que le député de Fresco, qui s'exprimait au nom des groupes parlementaires Pdci-Rda, Rassemblement et Vox-Populi, a critiquée, en ces termes : « La présentation du programme (Intitulée administration générale. Ndlr) est axée sur une affectation des moyens et non des résultats.

Le budget du ministère prend en compte certains investissements en déphasage avec sa mission.

Notamment, la réhabilitation des bâtiments de l'Ena. On peut aussi noter la gestion des concours administratifs qui coûtent à l'État, 1,7 milliards F CFA, alors que les candidats paient des droits d'inscription.

Au niveau du programme 2 (intitulée Fonction publique. Ndlr), nous nous interrogeons sur ce à quoi correspondent les charges exceptionnelles des agents.

Quelle logique soutient l'affectation de 196 millions F CFA de renforcement de capacité, au profit du personnel du cabinet, contre 600 millions F CFA pour l'ensemble des agents ».

Il a aussi dit avoir constaté une superposition des missions du ministère de la fonction publique avec celles du ministère du la modernisation de l'administration.

Ministre Issa Coulibaly : « 20% des frais d'inscriptions aux concours vont dans les caisses de l'État »

En réponse aux observations du porte-parole du groupe parlementaire Pdci, Rassemblement et Vox-Populi, le ministre Issa Coulibaly a fait savoir que son ministère est dans la logique de budget programme, et non plus dans le budget par moyen. Pour ce qui est des 196 millions Fcfa de renforcement de capacité, il a indiqué qu'il ne s'agit pas de sommes affectées au personnel du cabinet.

Mais, plutôt, d'expertises que la fonction publique n'a pas et qu'elle demande au Bnetd de lui fournir. S'agissant de la dotation de la somme de 1,7 milliards F CFA pour les concours, Issa Coulibaly a fait savoir qu'elle est insuffisante pour l'organisation des concours.

« Le coût de l'organisation des concours en Côte d'Ivoire est d'environ 2,6 milliards F CFA. Lorsque l'État donne 1,7 milliards F CFA, il y a un gap de plus de 900 millions F CFA à rechercher. C'est ce qui nécessite la participation des candidats.

Le supplément qui est demandé aux candidats, concerne les accessoires qu'ils emportent. D'ailleurs, 20% de cet apport, va dans les caisses de l'État au trésor public. L'apport de l'Etat n'est donc pas suffisant, malgré le fait que ce soit un apport colossal.

Quand vous avez la panoplie des intervenants, du matériel, des fournitures nécessaires pour ces concours qui s'organisent sur toute l'étendue du territoire, les prestations au niveau des visites médicales, l'organisation pratique, la logistique et la répartition des sites, comprenez que les 1,7 milliards Fcfa est en deçà des besoins et les ressources additionnelles se justifient bien », a-t-il expliqué.

« Pas de chevauchement entre le ministère de Raymonde Goudou et le mien »

Sur la question du chevauchement entre son ministère et celui de la modernisation de l'administration, Issa Coulibaly a répondu : « Ma collègue de la modernisation de l'administrions (Raymonde Goudou Coffie. Ndlr) est chargée de la conception, de la modernisation et de l'innovation de l'ensemble du service public.

Nous, la fonction publique, ne sommes qu'une composante de cet ensemble. Dans notre esprit et dans la pratique, cela est tout à fait clair et nous ne nous marchons pas sur les pieds. Nous sommes plutôt complémentaires ».

Gnamien Konan : « Il faut interdire le ministère de la fonction publique de concours »

Le député Gnamien Konan a dit : «Je voudrais demander au ministre de la fonction publique, pourquoi le ministère de la fonction publique est devenu un ministère des concours. Ils ne font que recruter.

Ils savent que la fonction publique est saturée. La masse salariale fait plus de 45% de nos ressources propres. Il faut interdire ce ministère de concours. Et les concours sont mal organisés» .

Il a alors proposé que les 1,7 milliards F CFA demandés par le ministre Issa Coulibaly, dans le cadre des concours de l'année 2020, ne soit pas accordé. « Je voulais dire que le ministère de la fonction publique ne date d'aujourd'hui.

Même quand le député Gnamien Konan était lui-même ministre de la fonction publique (mars 2012 à mars 2014. Ndlr), il organisait des concours. Ce n'est pas une invention d'aujourd'hui. La création d'un ministère n'est pas une opération désincarnée. Elle répond à une vision politique.

Les chiffres qui parlent de 45% de la masse salariale ne sont plus valables. Ils datent de 2014. Aujourd'hui, ce ratio se trouve à 37%», a répondu le ministre Issa Coulibaly.

Le projet de budget programme du ministère de la fonction publique, qui s'élève à plus de 22,7 milliards F CFA a été finalement adopté par la Commission des affaires financières et économique.

Près de 16, 12 milliards F CFA seront alloués au programme 1 (Administration générale de la fonction publique). Soit 70,7% du budget 2020 du ministère. Plus de 6,7 milliards F CFA seront affectés au programme (Fonction publique). Soit 29,27% du budget 2020 du ministère

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.