Sénégal: Lancement des travaux de réhabilitation du barrage d'Affignam - Les populations partagées entre satisfaction et regret

21 Novembre 2019

Le ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural, Moussa Baldé, accompagné d'une délégation chinoise, a officiellement lancé les travaux de réhabilitation du barrage d'Affignam, lundi dernier. Les populations qui saluent la reprise des travaux, sont partagées entre satisfaction et regret des conséquences désastreuses engendrées par l'ouvrage.

Construit dans les années 80 pour mieux aménager les vallées, le barrage d'Affignam a créé plus de problèmes qu'il n'en a résolus. Sa vocation première qui était d'arrêter l'avancée de la langue salée n'a pas eu les effets escomptés.

Conséquence, les populations et en particulier les riziculteurs se sont retrouvés avec des superficies envahies par le sel et non cultivables.

Face à cette lancinante problématique, les populations de la zone ne cessaient de crier leur ras-le-bol et avaient mis en place un Comité pour la réhabilitation du barrage pour prendre en charge leurs préoccupations.

Et lundi dernier, le ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural, Moussa Baldé, accompagné d'une délégation chinoise, a procédé à la pose de la première pierre des travaux de réhabilitation de ce barrage.

Une concrétisation des promesses du chef de l'Etat, selon le ministre Moussa Baldé. «La Casamance avait connu, dans les années 70, une longue sècheresse qui a eu comme conséquence une avancée prolongée de la langue salée dans les rizière, un lessivage insuffisant des terre et un abandon des terres rizicultuvables.

C'est ainsi qu'en réponse à ce fléau de sécheresse un vaste programme de construction de digues et de barrages anti-sel avait été mis en place pour protéger et sécuriser les productions rizicoles.

C'est dans ce cadre que ce barrage d'Affignam a été construit», a tenu à préciser le ministre qui estime que cette réhabilitation est un engagement que le président Macky Sall avait pris lors du Conseil des ministres décentralisés.

Une réhabilitation saluée par les populations, à l'image du maire de Mangagouleuk, localité qui abrite ce barrage. Pour Ousmane Diédhiou, «c'est un sentiment de soulagement car ça fait plus de 30 ans que les travaux ont été lancés.

Nous étions dans des moments très difficiles; le fleuve a disparu et la riziculture pour laquelle ce barrage a été mis en place n'a pas suivi.

Nous avons plein espoir, avec cette reprise, que les travaux se termineront aux délais et que les aménagements suivront tel que nous l'avons demandé. Ce qui nous permettra de produire du riz et de travailler à plein temps», a laissé entendre l'élu.

Mais s'il y a aujourd'hui quelque chose qui tient plus à cœur les populations de la zone, c'est l'aménagement des vallées.

Et lorsque le secrétaire du Comité pour la réhabilitation du barrage s'explique, c'est pour dire ceci: «ce qui nous tient plus à cœur, c'est plus l'aménagement des vallées que la construction du pont.

Nous voulons la reprise des activités agricoles dans la zone car nous avons beaucoup souffert des conséquences engendrées par ce barrage.»

La cérémonie s'est déroulée en présence d'une forte délégation chinoise, chargée des travaux, et des autorités locales du département.

Et Affignam, localité qui abrite ce barrage, a fêté le lancement des travaux qui vont durer 6 mois, selon le ministre de l'Agriculture.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.