Togo: Le régime de Faure Gnassingbé encore épinglé

21 Novembre 2019

Si les avis peuvent être partagés sur la situation des droits humains au Togo, selon qu'on soit du côté du pouvoir ou encore des populations qui chaque jour subissent les brimades et autres répressions, la LTDH (Ligue Togolaise des Droits de l'Homme) de son côté a pondu et publié son rapport annuel sur la situation de tortures et de violences policières au Togo, lundi dernier.

Dans ce nouveau rapport qui prend en compte le contexte sociopolitique actuel, et fait allusion aux diverses violences policières, répressions des manifestations des opposants du régime cinquantenaire... la Ligue dirigée par Célestin Agbogan, relève que les opérations policières (le contrôle d'identité, la convocation, la garde à vue, le contrôle routier, la perquisition à domicile, l'exécution d'un mandat d'arrêt, la saisine du juge par le citoyen, la sécurisation des manifestations publiques et pacifiques, entre autres) se font dans la brutalité, dans la violation des droits de l'homme . Ce qui engendre sans conteste, « un climat de terreur au sein des populations ».

De ce document portant sur une trentaine de pages qui étale les résultats de l'enquête de la LTDH, « les citoyens arrêtés sont le plus souvent victimes de traitements inhumains et dégradants sur les lieux de détention ou de manifestation sur toute l'étendue du territoire national. Les cas de torture physique ou corporelle sont légion avec des auteurs bien connus qui demeurent impunis alors même que le nouveau code pénal en fait un crime. Ce rapport axé sur les cas de torture, de traitements inhumains et dégradants ainsi que les violences policières, décrit aussi avec détails les conditions de détention, d'alimentation ... des personnes détenues dans les prisons togolaises ».

En tout cas, confirme la LTDH, « la pratique de la torture sur les citoyens continue bel et bien d'être pratiquée par des individus animés de la volonté de maintenir le peuple togolais dans une atmosphère de terreur ».

Pour couronner une telle assertion, on en relève les éléments du dernier passage du pays de Faure Gnassingbé devant la Commission des Droits de l'homme de Genève, et l'interpellation de l'ONU sur la nouvelle loi sur les manifestations.

On comprend à suffisance les difficultés du pays à répondre efficacement à l'indicateur du respect des Droits de l'Homme dans la dynamique de répondre aux exigences du « Programme Compact » du Millenium Challenge Corporation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.