Afrique: Forum MEDays - L'autonomisation de la Femme,la promotion de la paix défendues par Estelle Ondo et Thérèse Félicité Azeng au Maroc

21 Novembre 2019

Le Forum MEDays qui a eu lieu à Tanger au Maroc du 13 au 16 novembre dernier, a réuni plusieurs acteurs, tant politique, universitaire que ceux de la société civile venus d'Afrique et d'ailleurs. Thérèse Félicité Azeng, Docteur en Sciences économiques et enseignant-Chercheur et chargée de cours à l'Université de Yaoundé, Estelle Ondo, Parlementaire et ancien ministre gabonais en charge de la Décennie de la Femme étaient aussi du rendez-vous.

Ce rendez-vous qui s'inscrivait dans l'optique de défendre les intérêts du développement du continent noir par les Africains eux-mêmes et promouvoir la paix et la sécurité par sa jeunesse, sans oublier, défendre les droits et les devoirs des femmes.

Les Africaines et les Africains ont besoin des tribunes pour partager les expériences en matière de développement au nom de leur continent. Le MEDays en est une. C'est une tribune importante pour les décideurs du continent. Cette scène, nous renseigne-t-on, permet, par exemple, d'échanger et de trouver des solutions communes face aux défis de l'Afrique. Les défis sont multiples nous indique Thérèse Félicité Azeng, Docteur en Sciences économiques, enseignant-Chercheur et chargée de cours à l'Université de Youndé. Le premier défi nous dira-t-elle, est celui du financement du développement. « Les Africains n'ont malheureusement pas encore trouvé un modèle de financement qui soit soutenable à la fois pour leur propre développement au niveau de leur pays et au niveau continental » soutient-elle.

Le deuxième facteur bloquant, explique-t-elle, c'est celui de la collision entre les plans de développement africains et ceux de développement dits extérieurs.

« C'est vrai que la plupart du temps, nous avons des stratégies communes, des intérêts communs, mais il vaut mieux mettre le développement pensé par les Africains pour les Africains » assure-t-elle. Et d'affirmer que l'Afrique est actuellement le continent le plus jeune de la planète. Car, plus de la moitié de la population à 30 ans. Le capital jeunesse est très important et il faut tenir compte de cela. Les jeunes africains sont très dynamiques actuellement très connectés. Ils ont des meilleures potentialités que leurs aînés à l'époque des années 60.

FEMME ET POLITIQUE

Estelle Ondo, actuelle parlementaire et ancienne ministre en charge de l'Egalité des chances et de la Décennie de la Femme au Gabon, a apprécié ce forum à sa juste valeur. Elle en a profité pour faire son exposé sur la politique et le genre. Pour cette dame politique gabonaise, il faut que les femmes s'impliquent dans la vie politique. "C'est là-bas où se prennent des décisions. Il faut qu'il ait plus de femmes en politique, plus de femmes dans les métiers qualifiants, dans des métiers à fortes valeurs ajoutées "insiste-t-elle.

L'autonomisation de la femme, la parité et le développement étaient ou presque au centre de ses interventions. Parlant de la parité économique, elle a affirmé avec regret que selon les statistiques, "la pauvreté a un visage féminin". Parce que les femmes, poursuivra-t-elle dans ses propos, ont été cantonnées à des travaux domestiques, à des emplois qui n'ont pas de valeurs ajoutées. « Il va falloir que les gouvernements accompagnent ces femmes par la formation. Mieux nous avons des femmes bien formées et qualifiées, mieux la société se porte ».

Cette initiative marocaine, la voix performante du Sud, dira-t-elle, a permis de bien vouloir réfléchir sur les questions liées au continent, à son développement, et particulièrement, permis d'évoquer les problèmes liés aux droits et aux devoirs de la Femme dans son ensemble.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.