Congo-Brazzaville: Anac - L'intersyndicale demande aux travailleurs de se calmer

Les trois sections syndicales de l'Agence nationale de l'aviation civile (Anac) se sont réunies, le 20 novembre, pour examiner le climat morose qui y règne, amplifié dans la presse et les réseaux sociaux par un « collectif d'agents fictifs ». Après avoir dénoncé cet état de chose, l'intersyndicale a invité les agents à ne pas paniquer.

Depuis quelques temps, un groupe d'agents de l'Anac non identifié publie dans des journaux de la place et sur les réseaux sociaux des déclarations faisant état de ce que cette entreprise publique bat de l'aile, accusant la hiérarchie d'être à l'origine de ladite cacophonie.

Dans leurs déclarations, a précisé l'intersyndicale qui regroupe la Confédération syndicale des travailleurs du Congo, la Confédération syndicale congolaise et la Confédération des syndicats libres du Congo, les fictifs font état de ce que les agents de l'Anac ne sont plus payés, qu'ils cumulent autant d'arriérés de salaires et que les cotisations sociales ne sont plus versées dans les caisses de sécurité sociale. Leur but, d'après l'intersyndicale, est de susciter un soulèvement au sein de la structure.

Par ailleurs, ce groupe syndical qui rejette ce collectif précise que les propos véhiculés ne sont qu'un simple mensonge orchestré par ces agents dans l'objectif de dénigrer, de narguer leurs responsables afin de créer un climat de tension au sein de l'Anac.

« Nous condamnons avec la dernière énergie ce fameux collectif fictif qui n'a pour but que diviser et de créer un climat malsain au sein de l'Anac. L'intersyndicale rassure l'ensemble des travailleurs que malgré la baisse du trafic aérien et l'endettement des compagnies vis-à-vis de l'Anac, les salaires des travailleurs sont payés à temps et de façon régulière », relève la déclaration lue par le président de l'intersyndicale, Oscar Crépin Okéré.

Ainsi, afin d'apaiser les esprits au sein de la structure, les trois sections syndicales de l'Anac appellent les travailleurs à la vigilance et à ne pas céder aux « manipulations et tentatives de déstabilisation » au sein de l'entreprise.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.