Afrique: Le continent appelé à investir dans la santé et l'éducation de la petite enfance

Dans le discours mondial, la croissance démographique de l'Afrique est souvent décrite de manière extrême, pouvant la conduire à la prospérité ou à la ruine. Pour le fondateur et président-directeur général de Mumspring, Abisola Odutola, la démographie du continent peut être une chance pour une croissance économique.

Abisola Odutola estime que la priorité et l'urgence, c'est d'investir dans la santé et l'éducation de la petite enfance, pour que les enfants deviennent des adultes productifs. Ainsi, le continent africain pourrait utiliser la croissance de sa population en âge de travailler pour générer un dividende démographique.

De nombreux dirigeants africains citent la Chine et l'Inde comme des pays qui utilisaient une population nombreuse pour le développement économique. Ces deux pays ont alimenté la croissance économique en créant des emplois et en augmentant les niveaux de productivité.

La Tanzanie a l'un des taux de fécondité les plus élevés au monde, avec une moyenne de cinq enfants par femme. Cependant, les mesures prises par le gouvernement pour limiter la planification familiale ne permettent pas de réduire un taux de natalité élevé.

Pour ces raisons, le jury n'a pas encore déterminé si l'Afrique était sur le point de tirer parti des gains d'une population en forte croissance. "Un taux de natalité élevé ne conduira pas à une croissance économique plus forte sur le continent. Au contraire, pour transformer leurs économies, les pays africains auront besoin d'enfants en bonne santé qui pourront plus tard devenir des membres productifs de la société. Assurer ce résultat commence à la naissance", indique Abisola Odutola.

L' Organisation mondiale de la santé suggère que l'adoption d'interventions à faible coût, telles que la fourniture de kits de naissance stérilisés et l'augmentation de l'accès à des accoucheuses qualifiées, peut considérablement améliorer la survie et la santé de la mère et de l'enfant. Des mères et des bébés en meilleure santé étant la pierre angulaire d'une population plus productive. Après la naissance de bébés en bonne santé, le prochain défi consiste à assurer une éducation de qualité pour la petite enfance.

"Les avantages de l'éducation de la petite enfance se maintiennent jusqu'à l'âge adulte et l'alphabétisation est un facteur déterminant de la performance économique d'un pays. Les pays africains ont peu de programmes complets d'éducation de la petite enfance, ou EPE, et seulement 26% des enfants de moins de 5 ans en Afrique subsaharienne participent à un programme d'EPE", soutient Odutola. Poursuivant que"Cela a contribué au taux élevé d'analphabétisme dans la région. Un peu moins des deux tiers de la population âgée de plus de 14 ans sait lire et écrire - et même si ce chiffre masque les variations à travers le continent, il reste nettement inférieur à la moyenne mondiale d'environ 85%".

Il pense qu'une réorientation de "notre attention sur ces efforts mettra l'Afrique sur la voie de la prospérité".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.