Ile Maurice: Gifle mortelle dans un restaurant à Flacq - La sentence prononcée fin novembre

21 Novembre 2019

Il demande la clémence de la cour... «Misie la ti bat mwa enn kalot e monn retourn li so kalot. Mo pa pu refer sa ankor.» Nazir Banee, reconnu coupable d'avoir donné une gifle mortelle à un homme dans un restaurant, a comparu devant la cour intermédiaire, ce jeudi 21 novembre, dans le cadre du réquisitoire présenté par les avocats de la défense et du parquet. Après avoir écouté les deux parties, la magistrate Naddiyya Dauhoo prononcera la sentence le 28 novembre.

Les faits remontent au 7 avril 2017, dans un restaurant à la route royale, Flacq. Ce jour-là, le coupeur de noix de coco avait décidé de se rendre au restaurant Deven, à Boulet Rouge, Flacq. «Mo ti ena pu al zwen mo kamouad pu bat enn de rom... Le propriétaire et son gendre étaient sur place et j'avais remarqué la présence d'un homme qui avait l'air ivre», raconte l'accusé de 54 ans.

Il avait par la suite acheté une bouteille de rhum et trois cigarettes lorsqu'il s'est fait approcher par l'homme en question, tout près de la caisse. «Il avait menacé de me tuer à quatre reprises et m'a même giflé. Je ne le connais pas et je ne comprends pas ce geste qui m'a plutôt irrité. Du coup, je lui ai rendu la monnaie de sa pièce en le giflant. Il est tombé et j'ai essayé de le ranimer avec de l'eau. C'est le gendre du propriétaire du resto qui l'a aidé à se relever et m'avait dit qu'il saignait à la tête», poursuit l'habitant de Boutique Coco, Centre de Flacq.

Appelé le SAMU

Selon ses dires, il avait même appelé l'ambulance du SAMU et celle de l'hôpital de Flacq mais en vain. «Heureusement qu'il y avait une ambulance qui passait et, avec l'aide du gendre, je l'ai aidé à se mettre sur la civière.»

Ce n'est que plus tard que l'homme, nommé Beedianand Appalasawmy, est mort. Et le rapport de l'autopsie révèle que la cause du décès est due à une contusion cérébrale.

Contre-interrogé par l'avocate de la défense, Reena Ramdin, l'enquêteur confirme les propos racontés par Nazir Banee. «Les caméras de surveillance du restaurant confirment que c'est la victime qui avait giflé l'accusé et que ce dernier avait cherché l'assistance médicale.»

Pour Me Audrey Stephen-Sungeelee, du parquet, le fait que l'accusé a à son actif plusieurs condamnations, cinq pour vol, possession d'arme dangereuse, agression avec préméditation et escapade de la prison, démontre que Nazir Banee n'a toujours pas changé de comportement. Pour elle, la sentence qui sera infligée doit avoir trait au degré des représailles. «Après avoir reçu une gifle de la victime, au lieu de calmer les choses, l'accusé a utilisé de la force intense pour lui rendre sa gifle.»

Reçu une claque de la victime

Me Reena Ramdin, qui représente le marchand de coco, demande à la cour de prendre en considération les circonstances du drame. «Les caméras de surveillance du restaurant démontrent clairement que mon client a reçu une claque de la victime. Je demande également à la cour de prendre en compte le fait que l'accusé a coopéré avec la police et a plaidé coupable dès le début du procès.» D'ajouter que l'accusé avait même sollicité l'aide médicale pour transporter l'homme qui est tombé inconscient. «I invite the Court to take those mitigating factors into consideration», conclut-elle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.