Congo-Brazzaville: Insécurité alimentaire - Quatre départements du pays en proie à la famine

D'après une ressente étude menée par le Programme alimentaire mondial (PAM) dans le Niari, la Bouenza, la Lékoumou et le Pool, présentée le 21 novembre à Brazzaville, environ 36% des ménages sont considérés comme très pauvres et 27% sont jugés pauvres. Ces foyers peinent, en effet, à satisfaire à leurs besoins alimentaires.

Les résultats de l'enquête, accompagnés d'une cartographie des zones de moyens d'existence, ont été révélés lors de l'ouverture des travaux d'un atelier de validation du rapport de l'analyse de l'économie des ménages, réunissant des cadres du secteur, notamment du ministère de l'Agriculture, de la société civile, etc.

L'analyse réalisée permettra aux acteurs congolais de mieux comprendre les différentes vulnérabilités du pays et ce, en fonction des zones de moyens d'existence afin de répondre aux besoins de la population en matière d'amélioration de la mise en œuvre de la politique nationale d'action sociale ainsi que dans le Programme national de développement 2018-2022.

Elle permettra également au PAM d'aider à la planification de ses programmes, tout en donnant un cadre économique et géographique nécessaire à l'identification des bénéficiaires et à la satisfaction de leurs besoins.

« Cette étude constitue une base fiable des données et informations disponibles », a indiqué le directeur de cabinet du ministère de l'Agriculture, de l'élevage et de la pêche, Georges Ganongo. Pour lui, la tenue de cet atelier permettra aux participants d'échanger et d'apporter des amendements pertinents afin d'améliorer l'économie des ménages.

Pour le PAM qui contribue à 7% dans l'assistance alimentaire des ménages dans les départements enquêtés, les deux outils présentés, à savoir le rapport d'analyse et la carte des zones de moyens d'éxistence, sont précieux. Ils permettront, en effet, de mieux comprendre la situation de la sécurité alimentaire des ménages dans le pays et mieux répondre aux besoins des bénéficiaires en cas de crise. « Cette carte nous donne les clés de compréhension pour de meilleures actions publiques, des réponses humanitaires et d'activités d'appui aux moyens d'existence », a assuré le représentant du PAM, Jean Martin Bauer.

Signalons que la partie technique des études a été faite avec les ministère des Affaires sociales et de l'action humanitaire et celui de l'Agriculture, de l'élevage et de la pêche, avec l'appui de FEG consulting.

« En validant cette étude, le Congo sera doté d'une cartographie définissant les caractéristiques des moyens d'existence et constituera ainsi la première étape du processus d'élaboration du cadre analytique de l'économie des ménages» a conclu le directeur de cabinet du ministère de l'Agriculture, de l'élevage et de la pêche.

Les différentes zones de Moyens d'existence figurant sur la carte

zone 1, forêt dense nord : cacao, banane, fruitiers, manioc ; zone 2, forêt dense inondée : pêche, manioc, plantain, petit bétail; zone 3, savane arbustive ouest : bovins, petits ruminants, manioc, plantain, mais ; zone 4, savane herbeuse centrale : production excédentaire de manioc, igname, pomme de terre ; zone 5, forêt dense du chaillu : arachide, plantain, fruit du safoutier, manioc, petits ruminants ; zone 6, savane arbustive sud : forte production agricole et commerciale, petits ruminants ; zone 7 : forêt dense du Mayombe : plantain, ananas, fruitiers, manioc ; zone 8, plaine côtière : pêche maritime, lacustre et artisanale, maraichage, élevage avicole ; zone 9, pêche artisanale , cultures vivrières

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.