Burkina Faso: Situation nationale/ Parfait Naganda - «On veut nous faire regretter notre insurrection»

21 Novembre 2019

Le président du Comité directeur national du MJIO, Parfait Naganda : «Nous sommes une force de critiques et de propositions».

Le Mouvement des jeunes insurgés d'octobre (MJIO) a organisé, le jeudi 21 novembre 2019 à Ouagadougou, une conférence de presse pour dévoiler ses ambitions et donner sa lecture sur la situation nationale.

Une nouvelle structure associative vient d'être portée sur les fonts baptismaux en vue de défendre les acquis de l'insurrection populaire que le Burkina a connue en 2014. Il s'agit du Mouvement des jeunes insurgés d'octobre (MJIO) dont les ambitions ont été présentées aux hommes de médias au cours d'un point de presse, tenu le vendredi 21 novembre 2019 à Ouagadougou.

Pour les premiers responsables du mouvement, au sortir de l'insurrection populaire d'octobre 2014, le peuple burkinabè s'attendait à un nouvel Etat démocratique doté d'une nouvelle constitution, d'une gouvernance vertueuse, d'une justice indépendante au service des citoyens, etc.

«Le constat est que nous sommes encore loin du compte», a déclaré le président du Comité directeur national du MJIO, Parfait Naganda. Et d'ajouter que les attentes du peuple insurgé sont toujours d'actualité et pire, a-t-il estimé, certains tentent de les crucifier sur «l'autel d'une prétendue réconciliation sans vérité ni justice».

C'est pourquoi, a-t-il expliqué, sa structure a vu le jour pour que l'esprit de l'insurrection ne soit pas trahi.

«Notre mouvement se fixe comme axe majeur, la lutte ferme et continue pour pousser le peuple, la jeunesse, les forces politiques et la société civile pour l'atteinte des objectifs pour lesquels ils se sont insurgés», a soutenu Parfait Naganda et ses camarades.

Pour y parvenir, ils comptent poursuivre la défense des acquis démocratiques, la pérennisation de l'esprit de l'insurrection, la défense des libertés individuelles et le suivi des politiques publiques dans les domaines économique, social et culturel.

Pour lui, la situation nationale marquée par les attaques terroristes tous azimuts, que connaît le Burkina actuellement, ont pour but de faire regretter au peuple Burkina, son insurrection. A la question de savoir quels seront les moyens d'actions du mouvement, Parfait Naganda a signifié que la force du MJIO est la jeunesse, le peuple.

C'est pourquoi, il a lancé un appel à tous et à toutes les composantes de la société burkinabè à adhérer à ses idéaux pour qu'ensemble une lutte soit engagée pour la préservation des acquis démocratiques, de lutte contre le terrorisme et contre «la recolonisation de notre pays».

«Il n'y a pas de développement sans sécurité, il n'y a pas de développement sous domination impérialiste», a martelé M. Naganda. Pour plus d'efficacité et d'efficience dans ses actions, le MJIO, de l'avis de ses responsables, va s'implanter sur toute l'étendue du territoire national.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.