Gambie: Les victimes de la chasse aux sorcières témoignent à Jambur

La Commission vérité vient de passer la semaine dans le village de Jambur, à une heure de la capitale Banjul. Ce village et d'autres localités ont été le théâtre d'une rafle entre janvier et février 2009.

Au total 1 000 personnes ont été arrêtées à travers le pays, selon Amnesty International. Les personnes soupçonnées d'être des sorcières ou sorciers étaient arrêtées et forcées à boire une boisson hallucinogène. Plusieurs personnes âgées ont été ciblées.

Les victimes ont la cinquantaine, 65 ans et jusqu'à 80 ans quand elles se font enlever. Des marabouts étrangers les désignent, tandis que des jeunes militants politiques les arrêtent. Ils se font appeler les « Green Boys », à cause de leur tenue verte, couleur du parti de Yahya Jammeh.

Ces jeunes gens forcent les victimes à boire une décoction, puis mènent des interrogatoires, se souvient Sukai Jallow.

« L'un de ces Green Boys est venu me voir pour me demander combien de personnes j'avais tuées et mangées depuis l'année dernière. Je lui ai répondu que je n'ai jamais mangé personne de ma vie. »

Ces jeunes militants politiques appelés « Green Boys » participent à la torture et l'humiliation de leurs aînés. Trois femmes ont raconté la même scène, décrite ici par Fatou Sowe. « Avant de partir ils nous ont demandé de nous laver avec la même décoction.

Ils nous ont donné l'ordre de nous déshabiller et de nous tenir nus devant ces jeunes hommes pour qu'ils puissent nous verser la décoction sur le corps et nous frotter de la tête aux pieds. Ces jeunes hommes auraient pu être nos petits-fils. »

Dans le village de Jambur sur la cinquantaine de personnes arrêtées, la chasse aux sorcières a fait 18 morts.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.