Maroc: Philippe Vasseur - On ne va pas changer le monde uniquement avec des décisions qui viennent d'en haut

interview

Lille — Le Maroc a une position particulière, c'est une porte vers le continent africain. Il peut donc avoir un rôle moteur en Afrique

World Forum for a responsible economy est un évènement organisé chaque année à Lille par Philippe Vasseur, ancien ministre français de l'Agriculture. Les expériences réussies à travers le monde dans ce domaine y sont présentées. Il nous a livré ses impressionsdans l'entretien suivant.

Pour la 13ème édition du World Forum for a responsible economy, vous avez choisi comme thème «Le pouvoir de changer le monde». Pourquoi ?

Il est nécessaire aujourd'hui que les Etats jouent leur rôle. Mais on voit que dans le monde d'aujourd'hui, avec le développement des moyens de communication et les nouvelles technologies, les individus, les citoyens ont un rôle important à jouer. On ne va pas changer le monde uniquement avec des décisions qui viennent d'en haut. On changera le monde s'il y a une adhésion de l'ensemble de la population. Cela signifie que chacun a le pouvoir de changer les choses. Il faut que chacun y participe à travers sa façon de consommer, de produire, de se comporter. Je croix que cela va vraiment contribuer à changer le monde.

Est-ce une nouvelle tendance aujourd'hui de s'intéresser plus aux microprojets pour changer le cours des événements ?

Il ne faut pas opposer l'un à l'autre, les microprojets aux macroprojets. Les grands projets font rêver et sont structurants, mais on a la possibilité de développer aussi des microprojets qui vont développer à leur tour le territoire. Cela veut dire que la personne qui a un projet va profiter des personnes autour d'elle. Je crois que c'est comme cela qu'on doit procéder aujourd'hui. Il faut que les projets soient transversaux, si on travaille dans une région, il faut s'intéresser à ce qui se passe à côté afin d'établir des complémentarités et créer des synergies. C'est cela que nous avons essayé de mettre en place lors de ce forum à Lille.

Quels sont les enjeux de l'économie responsable?

L'économie responsable, c'est un combat de tous les jours, ce n'est pas un combat qui se fait d'un claquement de doigts. Depuis 13 ans, on a bien progressé, on a mis en place de nombreuses expériences et un certain nombre de réalisations. Je crois que certaines idées ont bien progressé au niveau de l'Europe et au niveau international. Nous avons fait venir des témoins du monde entier, des gens qui ont fait des réalisations et qui ont fait des expériences et qui nous font part de leur travail. Où que nous soyons et quel que soit le type d'économie, il y a des populations qui se posent la question de la responsabilité. Je sais qu'au Maroc la question se pose, j'ai eu l'occasion d'aller à Casablanca, il y a quelques années pour en parler. Ce sont des questions qui sont aussi posées sur l'ensemble du continent africain.

Pensez-vous qu'un pays comme le Maroc a besoin de ce genre d'économie responsable?

Je pense qu'un pays comme le Maroc a évidement besoin comme tous les pays du monde d'une économie responsable, mais il peut avoir une responsabilité supplémentaire. Je pense aussi que le Maroc a une position particulière, c'est une porte vers le continent africain. Il peut donc avoir un rôle moteur sur le continent dans la mise en place et dans la réalisation de certains projets qui montreront qu'une économie responsable peut se développer, une économie qui se préoccupe aussi des questions de l'environnement et de la population.

Cette année, vous avez choisi d'évoquer les microprojets et les territoires comme enjeux de l'économie responsable.

La mondialisation aujourd'hui, c'est un monde très ouvert, c'est la capacité pour les hommes, grâce aux moyens numériques, de communiquer sur l'ensemble des continents. Nous l'avons bien vu via les expériences présentées. Lorsqu'on veut bâtir des projets nouveaux, cela se fait dans des communautés, entre des gens qui se connaissent et travaillent ensemble. Les nouvelles technologies permettent de travailler ensemble sur le territoire, plus qu'on ne le faisait avant. Par exemple, on peut citer le télétravail, rendu possible avec les nouvelles technologies. Dans la région du Nord, on a créé des «tiers lieux», des lieux où des gens viennent travailler, alors qu'ils habitent dans un village ou une petite ville pour éviter les déplacements et les embouteillages et pour que le territoire trouve sa pertinence. Nous remarquons que la population désire un retour au local. Elle se préoccupe des produits fabriqués à proximité.

Peut-on dire que la technologie facilite le travail de proximité ?

La technologie rend la proximité possible. La technologie peut être utilisée pour le bien ou le mal. On pense être heureux quand on peut travailler sur son territoire et vivre sur son territoire au lieu de faire des kilomètres et des kilomètres chaque jour.

Quelles sont les responsabilités des grandes entreprises dans l'économie responsable ? Certaines en France ont même transféré leur siège social à l'étranger pour payer moins d'impôt

Là, on est dans une autre logique. Les grandes entreprises cherchent un cadre fiscal plus avantageux ailleurs. Ce n'est pas responsable et on a des entreprises hors du territoire. Dans ces entreprises aujourd'hui se pose la question du respect des territoires. On a invité à cette rencontre le PDG de Mac Caïn, c'est une grande entreprise qui emploie 20000 salariés dans le monde entier. Il nous a expliqué que dans les territoires où il était implanté, il nouait des relations avec les producteurs. Il s'impliquait dans les territoires. Cela me paraît important. Et d'ajouter : «Nous ne sommes pas une multinationale, mais nous sommes une multi locale».

C'est une très belle expression, ils ont une très grande expérience. Elle est née dans une petite province très éloignée du Canada et elle a gardé son siège dans une petite ville sans chercher à s'installer dans une métropole ou dans un paradis fiscal.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.