Ile Maurice: Chagos - Démonstration de force du Groupe Réfugiés Chagos

22 Novembre 2019

Partagez cet article

Chagos: l'ultime chance

D'autres articles »

«Respecté nou drwa. Anglais voler. Lev paké alé... » Devant l'ambassade britannique ce vendredi 22 novembre, le Groupe Refugiés Chagos a mobilisé une petite foule en vue de protester contre l'attitude du gouvernement anglais après la résolution des Nations unies le sommant de mettre fin à son occupation aux Chagos. L'échéance pour ce faire a pris fin aujourd'hui.

Notons également la présence de l'ancien président de la République, Cassam Uteem et de Lindsay Collen de Lalit parmi la foule.

«Nous nous mobilisons pour dénoncer le non-respect de gouvernement britannique du délai de six mois accordé le 22 mai dernier pour qu'il mette un terme à leur administration sur l'archipel, suivant la résolution de la Cour internationale de justice, le 22 mai», indique Olivier Bancoult du Groupe Refugiés Chagos. Ce dernier dit condamner totalement la manière de faire des Britanniques. C'est une violation des droits humains, en l'occurrence ceux des Chagossiens, déplore-t-il.

Pour Olivier Bancoult, les Anglais se montrent malhonnêtes sur toute cette affaire. «116 contre 6 pays ont condamné le gouvernement anglais», rappelle-t-il en faisant référence à l'Advisory opinion de la Cour internationale de Justice. Mais «le gouvernement anglais à travers ses réponses au Parlement a indiqué qu'il a la souveraineté sur l'archipel».

A travers cette manifestation qui se déroulera jusqu'à midi, le Groupe Réfugiés Chagos veut démontrer que pendant tout ce temps, les droits des Chagossiens sont bafoués.

Le Premier ministre Pravind Jugnauth a indiqué hier au Parlement que Maurice entreprendra plusieurs actions pour que «nos droits soient respectés. Nous procédons par étapes». Il a également soutenu que le «gouvernement mauricien est profondément déçu par la position adoptée par les Britanniques. Ils n'ont pas l'intention de se retirer et ont choisi de rejeter l'avis consultatif et la résolution. This situation leaves the United Kingdom as an illegal colonial occupier».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.