Burkina Faso: 16è Journées de la commune - Le FPDCT marque d'une pierre blanche sa présence aux côtés des collectivités territoriales

22 Novembre 2019

"Fiscalité et développement, enjeux et perspectives", c'est sous ce thème que se tien les 16è Journées de la commune dans la cité de l'épervier. En effet, l'Etat burkinabè a entrepris à partir des années 90, de mettre en œuvre la décentralisation pour promouvoir le développement à la base.

Ainsi depuis 2006, la communalisation intégrale du territoire burkinabè est une réalité. A cet effet, 351 communes dont 49 communes urbaines et 302 communes rurales ont été mises en place.

La gestion d'une commune s'avère difficile et parfois périlleux au regard de certains citoyens qui pensent que leurs yeux sont ouverts et que "plus rien ne doit être comme avant".

C'est dans ce contexte que l'Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF) a institué dès sa création en 1995 au lendemain des premières élections municipales, les Journées de la commune burkinabè comme cadre d'échanges et de partage des expériences des communes avec l'Etat et l'ensemble des acteurs et partenaires du développement locale ainsi qu'avec les associations des autorités locales.

Ainsi depuis sa première édition en 1996, les JCB sont régulièrement organisée par l'AMBF et sont l'occasion de débats autour de thèmes majeurs liés au développement des collectivités territoriales et à l'accompagnement de la mise en œuvre de la décentralisation.

Partenaire majeur des collectivités territoriales dans la mise en œuvre de ce développement à la base, le FPDCT ne pouvait donc rester en marge de cet évènement qui constitue un cadre de rencontre annuel des communes dont l'un des objectifs est de faire connaitre et reconnaitre les populations par les populations, les pouvoirs publics, la société civile et les partenaires au développement de l'institution municipale, l'état des lieux de la gouvernance et le processus de décentralisation.

Vêtues de chemise blanche, jupe verte, chaussures noire, coiffure digne des cérémonies de grands jours, le tout achalandé par une cravate bien mise et estampillée FPDCT, une vingtaine de jeunes filles a non seulement pris d'assaut la ville de Manga pour expliquer le bien-fondé et la mission du Fonds au visiteurs mais également marquée son passage lors du défilé qui a clôturé la cérémonie d'ouverture ce 21 novembre en présence des autorités politico administratives avec à leur tête, le président de l'Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, président de l'édition 2019 des JCB.

Pour Bruno S. Dipama, Directeur général du FPDCT, cette tribune est l'occasion pour l'institution qu'il dirige d'échanger avec les élus locaux sur l'offre d'accompagnement qu'ils souhaitent avoir de la part du FPDCT.

"Le FPDCT est le partenaire de choix des collectivités territoriales du Burkina. Depuis sa création à ce jour, ce sont plus de 100 milliards de francs CFA qui ont été mobilisés pour accompagner les communes et les régions du Burkina.

C'est donc tout naturellement que nous avons été associé à cette célébration", a fait remarquer M. Dipama.

Le DG du FPDCT a profité de l'occasion pour annoncer la mise en œuvre très prochaine d'un nouveau projet intitulé "Projet 3 frontières". D'un montant de dix millions d'Euro, ce projet sur financement de l'Agence française de développement (AFD) est destiné aux communes frontalières du Mali, le Niger et le Burkina.

En marge de l'évènement, le FPDCT a poursuivi son opération "1000 poches de sang" au profit des populations.

Tout comme à Ouagadougou où a eu lieu le lancement de cette activité, les agents du Fonds et d'autres partenaires ont donné un peu de leur sang au Centre national de transfusion sanguine pour sauver des vies humaines.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.