Afrique de l'Ouest: Promotion de la paix et de la cohésion sociale - Les pays du G5 Sahel en quête de solutions

21 Novembre 2019

Le ministère de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, en collaboration avec Dialogue sans frontières, organise un symposium régional sur la paix et la cohésion sociale dans les pays du G5 Sahel, du 21 au 24 novembre 2019 à Ouagadougou.

La plupart des pays du G5 Sahel, dont le Burkina Faso, sont confrontés à des violences intercommunautaires et des attaques terroristes qui mettent à mal la paix et la cohésion sociale au sein des populations.

Face à cette situation et en vue de trouver des solutions pérennes à l'effritement de la cohésion sociale, le ministère de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, en collaboration avec Dialogue sans frontières, organise un symposium régional sur la paix et la cohésion sociale dans les pays du G5 Sahel du 21 au 24 novembre 2019, à Ouagadougou.

Regroupant des participants des différents pays du G5 Sahel, cette rencontre, aux dires de la présidente du comité d'organisation, par ailleurs ministre en charge de la cohésion sociale, Madiara Sanon, se veut un tremplin pour les différents acteurs pour échanger sur la problématique du vivre-ensemble dans les différents pays de l'espace.

Le symposium se veut également une occasion de réfléchir à des stratégies interculturelles pour la prévention des crises dans les différents Etats, a-t-elle poursuivi.

En vue d'atteindre ces objectifs, la ministre a indiqué que de nombreuses activités sont au programme de ce rendez-vous de Ouagadougou dont des ateliers, des projections cinématographiques, des ateliers parallèles sur des thèmes comme «La prévention et la gestion alternative des conflits», «Le rôle et la responsabilité des artistes dans la construction d'une culture de la paix», etc.

Au regard des ambitions nourries par le symposium, sa tenue a été saluée par les plus hautes autorités du pays dont le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, qui a dit attendre beaucoup de cette rencontre.

«Nous souhaitons que ce symposium puisse aboutir à des recommandations efficaces qui vont nous permettre de restaurer la cohésion sociale dans nos différents pays», a-t-il laissé entendre.

Pour lui, des réponses globales et durables à la promotion du vivre-ensemble sont indispensables pour vaincre le terrorisme. C'est pourquoi, il a invité les participants à «imaginer des solutions vigoureuses qui nous engagent tous dans la construction de la paix».

A ses dires, chaque pays se doit d'apporter sa contribution à l'édification d'une paix durable dans la sous-région ouest africaine.

Il a donc félicité les initiateurs et surtout les participants venus de l'extérieur et notamment des cinq pays du G5 Sahel pour l'intérêt accordé à la paix dans leurs Etats.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.