Sénégal: Paiements électroniques - Le directeur de la monnaie et du crédit rappelle les mesures prises par le Sénégal

« La digitalisation au service de l'inclusion financière : les enjeux de la digitalisation des paiements de l'Etat et des chaînes de valeurs agricoles ».

C'est l'un des thèmes qui a été débattu ce mercredi lors de la 3eme journée de la Semaine nationale de l'inclusion financière, organisée par l'Agence nationale de la Bceao et United Nations Capital Development Fund.

Moussa Touré, Directeur de la monnaie et du crédit

A cette occasion, Moussa Touré, directeur de la monnaie et du crédit est revenu sur les mesures prises par le Sénégal pour la promotion de la finance digitale.

Selon M. Touré, l'Etat du Sénégal s'est engagé dans des politiques d'informatisation de ses services publics en adoptant les textes visant à favoriser la bancarisation et la promotion des paiements électroniques au niveau des services de l'Etat notamment des paiements de type gouvernement vers personne.

«Ces mesures sont entre autres l'externalisation du paiement des bourses des étudiants au niveau du système bancaire permettant ainsi à des dizaines de milliers d'étudiants d'être payés au niveau des guichets automatiques de banques .

La mise en place d'un système de paiement électronique des droits et taxes assimilés au niveau de la Douane , l'introduction d'un système de télépaiement des impôts , droits et taxes et redevances ,le plafonnement à cent mille francs du paiement en espèces des impôts, taxes , droits et redevances, le projet de mise en place d'une plateforme monétique par la direction générale du trésor et de la comptabilité publique en vue de la digitalisation des pensions de retraites des agents de l'Etat et d'autres transferts du gouvernements comme les bourses de sécurité familiale », a rappelé le directeur de la monnaie.

Il a n'a pas manqué de rappeler la connexion directe du réseau du trésor public du Sénégal au système de paiement Sica Star de l'Uemoa depuis octobre 2016.

Cette connexion, a-t-il dit, a permis de traiter les chèques, les virements et les effets de commerce avec célérité et dans des conditions optimales de sécurité.

Au moment où le développement du numérique est en plein essor, Moussa Touré estime qu'il est important que nous accordions une importance particulière à cette phase de mutation accélérée afin que nous puissions créer le climat d'une économie ouverte et connectée avec l'avènement des nouveaux acteurs de la fintech et des géants d'internet et du mobile.

«Ces intervenants d'un genre nouveau ont bouleversé l'écosystème financier ainsi que les modes de fonctionnements habituels des institutions financières, les pouvoirs publics, les entreprises, les organisations et les populations.

Ils interpellent aussi le régulateur et les gouvernements dans leur mission fondamentale de veiller à la stabilité et à l'intégrité financière tout en protégeant les déposants.

Cette nouvelle économie qui se créée autour des technologies est porteuses de promesses si les risques y associés sont maitrisés.

Aujourd'hui, à l'heure de la révolution numérique les objectifs souhaités seront atteint si nous parvenons à impulser chaque personne afin qu'elle devienne acteur », a déclaré M. Touré.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.