Congo-Kinshasa: Destitution de Jean Bamanisa - Iracan Gratien de Saint-Nicolas appelle les habitants de l'Ituri à privilégier la paix et l'unité

Au lendemain de la destitution de Jean Bamanisa à la tête de la province de l'Ituri, les acteurs politiques et citoyens lambda se sont questionnés sur la nature de cet acte qui, semble-t-il, n'est qu'un arbre cachant toute une forêt. A ce stade, Iracan Unen Gratien de Saint-Nicolas, Député national élu de Bunia, a appelé la population de l'Ituri au calme.

Appel lancé ce jeudi 21 novembre 2019 au palais du peuple à Kinshasa, au sortir de la plénière consacrée à l'élection et l'installation du rapporteur adjoint du Bureau de l'Assemblée nationale. Il a donc rappelé aux habitants de l'Ituri qu'il ne sert à rien de s'agiter et que pour le moment, la nécessité est de soutenir les actions du chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, pour le rétablissement de la paix dans toutes les provinces.

"Nous constatons qu'il y a des gens qui pensent que lorsqu'ils ne sont pas là, c'est le chaos. Ils se font passer pour des maîtres. On ne peut pas se prévaloir que sans sa personnalité, le pays ne pourra pas marcher. Je pense que tous les habitants de l'Ituri doivent s'unir. Lorsqu'on est un mauvais gestionnaire, on ne sera pas capable de diriger les gens car, la gestion doit passer par une transparence absolue, qui se fait grâce au contrôle au sein de l'Assemblée provinciale, au niveau provincial et au niveau national, par l'Assemblée nationale", soutient-il.

Face à cette situation, Iracan Gratien de Saint-Nicolas demande à tous les ituriens de mettre de côté le tribalisme, le communautarisme, de condamner toute megestion, et d'œuvrer pour la paix afin que cette réalité prônée par Félix Tshisekedi soit effective.

Faudra préciser ici que la motion de défiance initiée contre le gouverneur de la province de l'Ituri, Jean Bamanisa Saïdi a été voté par la majorité des députés provinciaux présents lors d'une séance plénière tenue le mercredi 20 novembre, au salon du bureau de l'Assemblée provinciale de l'Ituri. A l'issue du vote, sur 28 votants, 27 ont avalisé cette motion de défiance, tandis qu'un seul d'entre eux s'est abstenu.

Les députés provinciaux accusent Jean Bamanisa, entre autres, d'avoir illégalement vendu 12 lingots d'or saisis par la justice militaire, au profit de l'Etat congolais, le mauvais état des routes sur l'ensemble de la province, l'outrage à l'assemblée provinciale, les menaces proférés contre certains députés provinciaux.

Nécessité d'avoir un budget réaliste

Parlant de la loi de finances de l'exercice 2020 voté le mercredi 20 novembre à la chambre basse du Parlement, il a encouragé ce budget car, dit-il, cela va dans le sens d'une évolution. Bien que n'étant pas assez, il est passé de 5 milliards à 10 milliards USD. Par contre, pour les années à venir, il préconise un budget de plus de 30 milliards USD car, la RDC est un grand pays avec beaucoup de besoins. "Il faut, dans les années à venir, envisager aller à un budget de 15 ou 30 milliards USD. Le pays est trop grand et il y a trop de besoins. Dans ce budget qui vient d'être voté, il y a 33% qui sont réservés au paiement du personnel et 17% pour la construction, la réhabilitation des infrastructures. Avec ça, on ne peut pas espérer évoluer au Congo".

Selon lui, en effet, la grande difficulté rencontrée c'est aussi par rapport à la mobilisation des recettes additionnelles hors budget. "Il y a tellement de fraudes et des exonérations qui font que le budget ne soit pas consistant et un travail doit être fait en amont", explique-t-il.

Il est donc important, précise l'élu de Bunia, d'avoir un budget réaliste mais qui va dans le sens de la hausse et le gouvernement doit s'investir à enquêter avec précision et trouver des solutions concrètes pour maximiser les recettes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.